Menu principal

Réussir votre prise de parole en public

Réussir votre prise de parole en public

Séminaires, conférences, tables rondes ou réunions internes, les occasions de prendre la parole en public sont de plus en plus nombreuses. Dans ces situations rarement confortables, enthousiasme et préparation seront vos meilleurs alliés.
Résumé

Prendre la parole en public n’est jamais un exercice facile et même les personnes les plus à l’aise ont toujours le trac avant de commencer une intervention. La clé du succès réside avant tout dans une préparation efficace qui vous permettra de faire face à toutes les situations.

L’’expérience venant, vous gagnerez en aisance et en éloquence. Vous pouvez également suivre une formation pour acquérir des techniques et des méthodes de travail qui feront de vous un orateur aguerri.

RENDRE VOTRE INTERVENTION PERCUTANTE


1. Cibler votre message

Voici les 3 questions-clés à se poser avant toute intervention afin de cadrer au mieux votre discours. 
 

  1. Dans quel but ? Définissez clairement l’objectif que vous souhaitez atteindre et gardez le toujours présent à l’esprit lors des différentes étapes. Ces objectifs peuvent être variés : faire connaître son produit au grand public, se positionner comme expert sur son secteur d’activité, échanger avec d’autres professionnels sur de bonnes pratiques…
  2. Ce que je veux dire. Quel est le message principal que je souhaite faire passer ?
  3. A qui je m’adresse ? Quel est l’auditoire (des clients, d’autres professionnels, des financeurs, des responsables d’achat …),  ses attentes (obtenir une information sur un produit, connaître le potentiel de croissance de mon entreprise…), son niveau de connaissances ? Vous adapterez votre discours en fonction du profil de votre public.

 

2. Ecrire votre discours
 

  • Mettez au clair votre intervention en la posant par écrit. Sur ce document doivent apparaître le plan à suivre et les points clés que vous souhaitez aborder. Les plus à l’aise à l’oral se contenteront de quelques notes, certains préféreront écrire leur intervention en intégralité.
     
  • Préparez-vous aux questions de votre public et aux objections éventuelles
     
  • N’hésitez pas à répéter seul pour vous détacher au maximum des mots. Attention à ne pas être l’esclave d’un discours trop préparé qui freinera votre spontanéité. A l’inverse, un discours répété, donc fluide, aura plus d’impact.
     
  • Testez vos arguments sur un public averti [ou non] pour être plus en confiance. C'est un bon moyen de voir si votre message passe bien et si vos propos sont clairs. N’oubliez pas de vous chronométrer pour gérer au mieux votre temps. Pensez aussi à anticiper les éventuelles questions du public et les réponses à y apporter.
     
  • Filmez-vous lors d’une répétition. Cet exercice redouté mais efficace permet de détecter les éventuelles longueurs, les tics de langage (les fameux « euh », « quoi », « vous voyez »…) et de comportements que le stress a tendance à accentuer.

Exemple : Mettez l’accent sur l’introduction de votre discours. Trouvez une accroche efficace (chiffre parlant, anecdote …) et apprenez-la par cœur. Les premières minutes d’une intervention sont les plus importantes.

 

3. Elaborer vos supports
 

  • Une présentation écrite type Power Point peut s’avérer très utile notamment lorsqu’il s’agit de présenter des données chiffrées.
    Des photos ou des vidéos (de vos produits ou de votre atelier de fabrication par exemple) sont également efficaces pour appuyer votre discours, accentuer l’impact visuel et amener un temps de pause.
     
  • Attention toutefois à ne pas trop vous concentrer sur votre écran pour lire vos diapositives. Vous ne devez surtout pas perdre le contact visuel avec le public.

Exemple : Votre présentation Power Point doit être lisible.
Evitez les fonds criards ou trop chargés et assurez-vous que la police soit visible, même du fond de la salle.
Vos slides doivent être clairs (on dit généralement qu’il ne faut pas dépasser 6 points par slide). Si vous utilisez des graphiques, préférez des camemberts simples aux diagrammes complexes, inappropriés à ce type de lecture.
 

4. Gérer votre stress

Pour éviter tout stress inutile, soyez présent légèrement en avance afin de tester le matériel (rétroprojecteur, micro…).
Prenez la dimension des lieux lorsque la salle est vide de façon à vous situer dans l’espace. Rien ne sert de vouloir lutter à tout prix contre le trac, il disparaîtra naturellement au bout de quelques minutes.

Exemple : Pratiquez des exercices de respiration pour détendre vos muscles et votre esprit. Asseyez-vous, mettez une main sur votre poitrine, une main sur votre ventre. Inspirez en gonflant le bas du ventre (la main sur la poitrine ne doit pas bouger). Puis, expirez lentement par la bouche en pinçant les lèvres (toujours sans bouger la main). Et recommencez.

LES POINTS-CLES D'UN DISCOURS REUSSI
 

5. Prendre la mesure de votre public

Dès que le public commence à arriver, jaugez rapidement les profils pour adapter le niveau de votre présentation. Repérez les personnes qui peuvent avoir un profil «perturbateur » et à l’inverse celles qui peuvent être vos « alliées »

Exemple : Si vous constatez que votre public est plus averti que prévu, évitez les discours trop superficiels. Adaptez votre présentation pour aborder plus rapidement les points techniques.

 

6. Aller à l’essentiel
 

  • Dès le début de votre prise de parole, posez le cadre en indiquant la durée de votre présentation, son déroulé, et précisez si les questions du public interviennent au cours de l’intervention ou à la fin.
     
  • Adoptez la méthode « Faites simple, court et pas trop vite ». Ne vous perdez pas en concepts trop théoriques. Vous devez présenter vos arguments de manière claire et fluide.
     
  • A la fin de votre intervention, rappelez les points-clés que vous souhaitez que vos interlocuteurs retiennent.

     

7. Rythmer votre discours

Rien de pire que 20 minutes de discours monotone ! Alternez arguments forts et plus légers et n’hésitez pas à vous appuyer sur des éléments visuels (photos, vidéos, schémas…).
 

  • 7.1 Parlez de manière distincte et enthousiaste sans oublier de ménager des silences et des pauses.
    Ces pauses sont essentielles pour permettre aux personnes d’assimiler vos propos.
     
  • 7.2 Adoptez des changements de rythme et de ton pour ne pas « endormir » votre public.
    Une anecdote personnelle, une pointe d’humour, une allusion à un fait d’actualité sont autant de moyens de capter l’attention de votre auditoire.
     
  • 7.3 Jouer l'interactivité avec votre public.
    Demandez régulièrement à l’auditoire « est-ce suffisamment  clair ? ». Cela vous permet si besoin de repréciser certains points. Préférez cette formule à « Avez-vous bien compris ? » qui pourrait bloquer votre public en remettant en cause ses capacités de compréhension.

    Canaliser néanmoins vos échanges avec le public : Il est préférable de garder un temps pour les questions à la fin de votre présentation. Pour éviter d'être pris au dépourvu, n’hésitez pas à reformuler une question pour être sûr de l'avoir bien comprise avant d’y répondre.

Exemple : Si vous « séchez » sur une question, ne paniquez pas ! Vous avez tout à fait le droit de ne pas tout savoir. N’hésitez pas à le dire en ajoutant « Je vais me renseigner auprès de mon équipe et je vous recontacte dès que possible ».
 

  • 7.4 Maîtriser votre communication non-verbale
    Les gestes, les regards, les sourires, l’énergie dégagée, le rythme de la parole … C’est ce que l’on appelle la communication non-verbale. Elle représente à elle seule la majeure partie de se que vous dégagez. Un discours brillant mal prononcé n’aura aucun impact. Vous devez prendre en compte ces facteurs dans la réussite d’un échange. car ils permettent de mettre le public en confiance et de gagner son attention.
     
  • 7.5 Veillez toutefois à rester naturel et à ne pas « surjouer », vous risquez alors de ne plus apparaître sincère.

Exemple : Tenez-vous droit, bien ancré au sol. Ne croisez ni les pieds ni les bras, c’est un signe de fermeture. Au contraire, servez vous de vos mains pour appuyer votre discours. Ne restez pas statique, occupez l’espace et regardez vos interlocuteurs. Veillez à ménager des temps de silence, à respirer, à maîtriser votre voix et vos émotions.
 

A RETENIR !

Prendre la parole en public n’est jamais un exercice facile et même les personnes les plus à l’aise ont toujours le trac avant de commencer une intervention. La clé du succès réside avant tout dans une préparation efficace qui vous permettra de faire face à toutes les situations.

L’’expérience venant, vous gagnerez en aisance et en éloquence. Vous pouvez également suivre une formation pour acquérir des techniques et des méthodes de travail qui feront de vous un orateur aguerri.

 

Pour approfondir : notre sélection de livres
 

  • La communication non verbale - Guy Barrier - Editions ESF  - avril 2011
  • La prise de parole en public - Catherine Sorzana - Victoires Editions - juin 2010
  • Convaincre en moins de deux minutes – Nicolas Boothman – Edition Marabout – 2007 (Best seller)