Menu principal

29.01.2018 - Voeux 2018

Démonstration d’unité aux vœux des acteurs économiques

Les vœux des acteurs économiques le 25 janvier à l’Aéroport Marseille Provence ont réuni 1 300 invités sur la soirée. Toutes les organisations représentatives des entrepreneurs se sont employées à afficher une vision partagée pour la réussite du territoire.

Mots clés : 
Imprimer cette page
"Nous ne sommes pas là par hasard. Cet aéroport, c’est 1 milliard d’euros de retombées économiques, c’est le 2ème en fret après Paris, ce sont plus de 200 entreprises sur la zone et 5 500 emplois… Pour la première fois, il a dépassé le cap en 2017 des 9 millions de passagers. Chaque million de personnes supplémentaires entraîne 5 000 emplois directs et indirects. Nous le gérons depuis 40 ans. Nous avons donc des velléités de discuter avec l’Etat s’il voulait vendre ses parts. Nous serons attentifs avec les collectivités sur les groupements d’actionnaires qui se positionneront afin qu’ils garantissent le meilleur développement économique et l’emploi. Et si l’Etat vend, il doit donner l’argent pour la mobilité et les transports !". Lors des vœux des acteurs économiques le 25 janvier au soir dans le hall 2 de l’aéroport Marseille Provence, le président de la CCIMP, Jean-Luc Chauvin a rappelé aux convives combien la plate-forme aéroportuaire s’est imposée comme un outil d’attractivité.
 
Le discours se voulait mobilisateur pour ne pas prendre le risque de subir la décision étatique dans l’indifférence ou l’impuissance des entrepreneurs locaux, même si le dossier ne semble pas pour l’heure dans les priorités gouvernementales. Avec les 250 millions d’euros d’investissements à l’horizon 2030 pour lui permettre d’atteindre les 13 millions de passagers, il devra s’ouvrir encore plus vers l’Amérique, l’Asie et l’Afrique afin d’internationaliser l’image d’Aix-Marseille-Provence. "L’attractivité doit être notre totem" a répété Johan Bencivenga, président de l’UPE 13, en insistant sur deux piliers qui en sont les vecteurs : l’industrie, avec ses 4 milliards d’euros d’investissements, et le numérique qui peut faire de la Provence "la Silicon Valley européenne". Elu de la CCIMP délégué pour l’Etang de Berre, Luc Frison a promis "un terrain de jeu très animé dans les années à venir" au vu des projets qui s’y concrétisent, que ce soit sur le pourtour du plan d’eau ou sur la zone industrialo-portuaire, de Fos à Lavera. "C’est la 3ème force économique d’Aix-Marseille-Provence" souligne Thierry Zarka, président de la section locale de l’UPE 13. 
 
 
CROISSANCE EN PARTAGE
 
Mais faire vivre et grandir le territoire passe également par la revitalisation des centres-villes, la valorisation de l’agriculture, la promotion du commerce, de l’artisanat et des professions libérales ou l’amélioration de la mobilité. Les voix des représentants de la délégation Bouches-du-Rhône de la Chambre de métiers et de l'artisanat de Provence-Alpes-Côte d'Azur, de la Chambre d'Agriculture des Bouches-du-Rhône, de la CPME 13, de l’U2P ou de l’UNAPL (1) se sont avérées particulièrement convergentes. Alain Gargani a ainsi réclamé à l’Etat de verser les quelques milliards qui manquent à la réalisation de l’agenda mobilité."Si les pouvoirs publics continuent de ne pas investir, ce sera un frein au développement" a confié, dans le court-métrage de présentation des enjeux métropolitains, Isabelle Lonchampt, gérante de la société Gardanne Travaux Industriels et présidente du Syndicat de la Maçonnerie et des Travaux publics des Bouches-du-Rhône.
 
"Parce qu’ils sont facteurs de savoir-faire, de savoir-être et d’art de vivre, parce qu’ils embauchent et forment, les artisans enrichissent aussi l’attractivité du territoire" confie Monique Cassar (CMA), Jacques Cabuzel (UNAPL) rappelant pour sa part que la relation de proximité entretenue par les médecins, notaires ou pharmaciens contribue, elle, à la qualité de vie des citoyens et visiteurs. A la tête de la Fédération des Associations de commerces de Salon-de-Provence et élue Terre de Commerces, Fabienne Ferren a dévoilé, dans le film, la recette de la redynamisation du centre-ville de Salon qui a dépassé en 2017 le cap des 1 000 commerces : " La volonté de tous d’avancer dans le même sens". Ce 25 janvier, les voix discordantes s’étaient tues pour montrer aux politiques présents du Département ou de la Métropole (Martine Vassal, Gérard Gazay, Didier Parakian, Laure-Agnès Caradec, Caroline Pozmentier…) le chemin à suivre pour le futur du territoire.
 
 

(1) Monique Cassar, Présidente de la délégation Bouches-du-Rhône de la Chambre de métiers et de l'artisanat de région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Claude Rossignol, Président de la Chambre d'Agriculture des Bouches-du-Rhône, Alain Gargani, Président de la CPME13, André Bendano, Président de l'U2P, Jacques Cabuzel, Président de l'UNAPL.
 
Voeux2018AMP - le film [REPLAY]