Menu principal

14.11.2019 - Tous Entrepreneurs

A Vitrolles, l’usine Lesieur irrigue la France en huile d’olive Puget

Le site a accueilli mercredi 13 novembre 2019, une délégation d’élus de la CCI Marseille Provence et d’entreprises du territoire dans le cadre de la démarche Tous entrepreneurs

Mots clés : 
Imprimer cette page

Lesieur, Puget… L’évocation de ces deux marques suscite l’attachement des français pour ce fleuron national de l’industrie agroalimentaire appartenant au groupe Avril. Les quatre usines françaises Lesieur produisent 300 millions de litres par an. Et sur les 20 millions de litres issus du site de Vitrolles, l’huile d’olive Puget concentre à elle seule 85% de la production. L’établissement situé sur la zone d’activités de l’Anjoly réalise un subtil mélange d’huiles d’olives méditerranéennes, très apprécié des consommateurs, sous la marque phare Puget née à Marseille en 1857. Thomas Kermorgant, directeur du site de Vitrolles, a accueilli mercredi 13 novembre 2019, une délégation d’élus de la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence. Une matinée d’immersion dans le cadre de la démarche "Tous Entrepreneurs" initiée par Jean-Luc Chauvin, Président de la CCIMP, et qui vise à « rencontrer les dirigeants, évaluer leurs besoins, proposer des solutions, les associer aux décisions, expliquer, orienter, écouter et défendre… pour se mettre au service de l’ensemble des acteurs économiques du territoire ». 

La visite du site Lesieur de Vitrolles a aussi permis de faire découvrir les secrets de fabrication de l’huile d’olive Puget, rachetée par Lesieur au groupe Unilever en 2006. « Notre métier consiste à assembler les huiles provenant d’Espagne, d’Italie, de Grèce, du Portugal, de Croatie dans des cuves de 20 000 à 30 000 litres », explique Thomas Kermorgant, directeur du site Lesieur de Vitrolles. 

« Nous sommes dans une démarche de transparence, d’ouverture, pour présenter notre savoir-faire. Aux côtés de 150 industriels de l’agroalimentaire, nous avons participé du 7 au 9 novembre aux journées portes ouvertes de l’association nationale des industries agroalimentaires. Une opération inédite visant à recréer un lien parfois distendu avec les consommateurs, mais aussi pour promouvoir le savoir-faire et les compétences des salariés du secteur. Nous rencontrons la CCI aujourd’hui et en décembre la Ville de Vitrolles pour développer notre réseau, répondre aux problématiques de recrutement et faciliter certaines démarches administratives », complète Thomas Kermorgant.

En effet, Lesieur entend déposer un permis de construire afin de développer son parc de cuves. A Vitrolles, Lesieur a investi dans la modernisation de cette usine Puget datant de 1994. Sur 29 000 m², le site possède trois lignes de production permettant de sortir de 3 000 à 12 000 bouteilles à l’heure selon le format, avec 75 références (pépin de raisin, tournesol, noix, noisettes…). Une production destinée à rejoindre les tables françaises. L’export ne représente que 5% du chiffre d’affaires. La part des huiles bio atteint 15% des ventes avec un fort potentiel de croissance.

Pour justifier le sourcing dans les pays du bassin Méditerranéen, Thomas Kermorgant explique aux élus présents que la France ne représente que 0,5% des 3 000 millions de litres de production mondiale. « Nous assumons et expliquons pourquoi notre huile n’est pas faite avec des olives françaises. Pour maîtriser la filière amont, Lesieur a fait l’acquisition de 1500 hectares d’oliviers à Meknès, au Maroc. Nous avons également des projets d’achat de champs d’oliviers en France, en Tunisie, spécialistes des olives bio, et en Espagne », annonce le directeur de l’usine à la tête d’une équipe de 41 collaborateurs. Pour asseoir sa présence à l’étranger, Lesieur a fait l’acquisition en février 2018 de l’Italien Costa d’Oro. Lesieur a réalisé 677 M€ de CA en 2018. Essentiellement auprès de la grande distribution.