Menu principal

26.06.2020 - Tous Acteurs

Municipales 2020 : 41 candidats signent la charte d’engagement

Réuni en conférence de presse le jeudi 25 juin, le collectif Tous acteurs, regroupant 63 partenaires du monde économique, a présenté les résultats de l’engagement des candidats pour les projets qu’il porte à la veille des élections municipales.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Ils sont plus que jamais désireux d’agir pour le développement économique de leur territoire, aux portes du second tour de ces élections municipales. Ainsi en ce temps d’après Covid, fortement impactant pour l’entrepreneuriat, le collectif Tous Acteurs a relancé ses propositions, émises en mars dernier et structurées en 10 fiches pratiques, auprès des quelque 90 candidats en lice sur le territoire Aix-Marseille-Provence.
 

Quel engagement des candidats ?


Et ils sont déjà 41 parmi eux à avoir signé la charte les engageant, ce nombre ne cesse d'augmenter. « A Marseille, tous les candidats l’ont fait », précise le président de la CCIAMP Jean-Luc Chauvin. On compte par ailleurs des candidats signataires dans près de 14 autres communes de la Métropole, parmi lesquelles Aix-en-Provence, Aubagne ou La Ciotat. C’est la validation d’une « méthode en mode solution », et c’est heureux, rappelle encore Jean-Luc Chauvin : « quand les entreprises produisent de la richesse, elles paient des taxes. Et les élus auront besoin d’argent dans les caisses pour concrétiser leur programme... » Voilà pourquoi, via cette charte, le collectif entend « être actif dans la mise en pratique de ces dispositifs », insiste à son tour Corinne Innesti, présidente de la CPME 13, posant des fondamentaux : « Quelle ville voulons-nous bâtir, comment la rendre résistante à l’avenir ? ».


Quels sont les projets les plus plébiscités ?


En signant la charte d’engagement, les candidats étaient par ailleurs appelés à classer les 10 projets par ordre de priorité.

Le premier à retenir l’attention des candidats est relatif à l’alimentation en circuits courts et à l’aménagement de halles alimentaires en centre-ville. Une preuve que ces derniers ont perçu dans cet après-crise « le changement à l’œuvre dans le comportement des consommateurs et l’émergence de l’achat militant », analyse Guillaume Sicard, Président de Marseille Centre. Encore faudra-t-il accompagner le mouvement, sous-entend Frédéric Verdet, président d’Energie PME : « Les commerçants entendent être formés au digital ».

Au second rang, la mobilité décarbonée. Une nécessité dans la « première ville embouteillée de France », appuie à son tour Thierry Vanderdonckt, président LEHV. Parmi les solutions possibles, « lignes performantes de RER, bornes de recharge électrique... Nos dix fiches sont générales, mais selon la commune, le traitement peut être différent. Parfois il ne suffit que de dévier une ligne de bus... Aussi notre message aux élus, c’est le suivant : échangeons, écoutez-nous ».

La logistique urbaine arrive en 3e position. « Il y a un besoin de connexions et de livraisons, notamment décarbonées. Voilà pourquoi nous avons émis la suggestion d’une zone de fret à l’entrée de Marseille pour mieux gérer le dernier kilomètre », poursuit le président de LEHV.  

Les candidats ont par ailleurs porté leur intérêt sur ces autres projets : une charte d’urbanisme bioclimatique pour concilier économie et préservation de l’environnement, un outil de suivi de la performance des projets, des actions volontaristes en faveur de l’inclusion des actifs et de leurs enfants, un grand projet urbanistique et économique pour les Iles du Frioul.


Et après ?  


Rendez-vous est donné par le collectif aux nouveaux élus après le 28 juin pour la mise en œuvre de ces projets en s’appuyant sur l’expertise et le dynamisme des 63 partenaires de la démarche Tous acteurs et passer à l’action !

 

Consulter la charte d'engagement et le communiqué de presse.