Menu principal

28.08.2015 - Tourisme

Desserte maritime corse : Quel rapport des forces ?

509 512 voyageurs ont emprunté la mer en juillet pour rejoindre la Corse. Le port de Marseille en a capté plus de 95 000. La SNCM et la Méridionale en ont transporté un peu plus de 90 000. Toulon et Corsica Ferries profitent de la situation.

Alors évidemment, compte tenu des conditions (et structurelles et conjoncturelles), il aurait été bien surprenant de voir les trafics maritimes réaliser une excellente saison. Même si le côté casanier des Français cette année aurait pu avantager l’Île de beauté.

De mémoire insulaire, le record sur les lignes maritimes de Corse remonte à 2010, le mois de juillet de cette année-là ayant constitué « le pic » des 12 mois cumulés avec plus de 4,66 millions de voyageurs.

2011 fut difficile (- 4,5 %) en raison notamment de la hausse des prix qui épousa la courbe du baril. 2012 avait un peu redressé la barre (- 1,3 % par rapport à 2011) avant de replonger en 2013 (-3 %), le développement de la concurrence des compagnies aériennes low cost ayant largement contribué.

En 2014, année de la suppression de plus de 30 M€ d'aides de la Collectivité territoriale de Corse en faveur du secteur suite à la suppression de l'aide sociale sur les lignes de Toulon et Nice et à la fin du subventionnement du service complémentaire estival sur les lignes de Marseille dans le cadre de la nouvelle délégation de service public (DSP) 2014-2023, le recul fut de 4,3 %. La réduction à huit navires de la flotte de la SNCM, dans le cadre du plan industriel adopté par la précédente direction de la compagnie, et les conflits sociaux générés par les incertitudes pesant sur l'avenir de la compagnie, ont par ailleurs rendu l’exercice très difficile.

Cette année, le contexte est tout aussi précaire. Si le report de la décision du tribunal de commerce au 25 septembre concernant la reprise de la SNCM a sans doute calmé le jeu social, l’offre maritime, pour assurer la DSP entre Marseille et les ports corses, a néanmoins été revue avec l’abandon des escales à Toulon et à Nice (soit 837 410 places de moins qu’en 2014) et un service réduit à quatre cargos mixtes.

776 921 voyageurs ont emprunté la mer

1 317 221 passagers ont été transportés en juillet 2015 sur lignes aériennes et maritimes (régulières et charter à l’arrivée et au départ de la Corse), soit une hausse de 2,7 %, indique l’Observatoire régional des transports de la Corse.

Sur ce total, 776 921 ont emprunté la mer (dont 509 512 sur le réseau français), en légère progression de 1,9 %, mais une croissance toute relative car le recul de 9 % enregistré en juillet 2014 résultait en bonne partie de la grève de la SNCM. Cela ne permet pas de compenser le recul depuis le début de l’année (- 2,1 %, soit 1 988 206 passagers), ni sur les 12 derniers mois (- 3,1 %, soit 4 026 870 personnes).

La timide progression de juillet n’est de surcroît pas alimentée par les trafics français, qui reculent encore de 2 %, mais par ceux d'Italie (+10 %).

Port de Marseille, + 15 %

Avec 95 868 passagers (pax), le port de Marseille est en croissance de 15 % par rapport à juillet 2014. Toulon perd 1 % de ses trafics mais détient le leadership des trois ports français avec 249 899 pax. Un repli tout relatif également, qu’il faut lire au regard de la situation compliquée de l’an dernier : il avait alors traité une partie des flux de Marseille pendant la grève. Nice (163 745 pax), est en retrait de 11 % (effet de l’abandon des lignes de Nice par la SNCM en partie).

Trafic en hausse de 23 % pour la Méridionale

Sur le réseau français, Corsica Ferries continue de grignoter du terrain (+ 5 %) avec 413 644 personnes transportées (768 175 sièges mis en vente en juillet) tandis que la SNCM continue d’en perdre (mais avec un nombre de sièges offerts drastiquement réduit : 107 116 en 2015 contre 591 816 pour comparaison en 2013). La Méridionale, qui à quelques mois des vacances d’été avait habillé le tramway aux couleurs de la marque, voit son trafic croître de 23 % pour atteindre 40 938 pax (pour 61 600 sièges offerts en juillet). L’autre compagnie marseillaise affiche aussi le meilleur coefficient de remplissage (67 % contre 54 % pour Corsica et 51 % pour la SNCM). Les trois opérateurs de transport ont ainsi totalisé, en juillet, 936 891 sièges vers la Corse (contre 1 407 876 en 2013).

Les trois premiers mois de la saison 2015 (mai, juin et juillet) ont collecté 1 544 865 passagers maritimes, mais perdu 29 689 voyageurs. Et depuis le record de 2010, 354 180 touristes manquent à l’appel.


Figari explose

Si le trafic aérien connaît une croissance de 3,9 % en juillet avec 540 300 pax, il le doit à l’aéroport de Figari (+ 20 %) où 6 nouvelles lignes ont été inaugurées en 2014 par les low cost, ces dernières assurent par ailleurs 78 % de l'ensemble.

L’aéroport de Marseille Provence a enregistré une croissance de son trafic de 5 % avec 66 432 pax (ligne de service public) tout comme Nice, à + 8 % (avec 33 513 pax).

Au cours des trois premiers mois de la saison 2015, 1 283 547 passagers aériens ont été transportés, soit 3 % de plus qu’en 2014 et ... 24 % supplémentaires par rapport à 2010.

A.D

 

Quelle offre ? quel rapport des forces ?

La saison (mai à septembre) représentait l’an dernier 79 % des trafics maritimes annuels de la Corse. 59 % des trafics passagers estivaux étaient assurés par voie maritime en 2014.

Au cours de la saison 2015, le volume de l’offre passagers des 4 compagnies maritimes (SNCM, La Méridionale, Corsica Ferries et Moby Lines) est retrait de 11 % avec 6 859 925 places offertes. Le nombre de traversées est passé de 4 918 en 2014 à 4 455. L’offre sur la France est en retrait de 17 %.

Sur l’ensemble du marché, français et italien, Corsica (+ 72 660 places offertes sur la saison) assure 78 % de l’offre contre 11 % par Moby Lines (- 54 800 sièges), 8 % par la SNCM (- 837 410 places) et 4 % par La Méridionale (- 25 400).

Comme en 2014, Ajaccio et Bastia captent 73 % de l’offre française. Toulon contrôle près de la moitié du marché tandis que son opérateur, Corsica Ferries, assure 81 % de l’offre sur le réseau français, la SNCM ne contrôlant plus, pour sa part, que 13 % de ce marché.