Menu principal

22.06.2015 - Tourisme

Tourisme Business Meeting : Accueillir la clientèle des pays émergents

La Chine est désormais le premier pays émetteur de touristes au monde avec 100 millions de voyageurs enregistrés en 2014. Que recherchent-ils ? Comment voyagent-ils ? Que consomment-ils ? Réponse le 30 juin à l’occasion de la deuxième édition de Tourisme Business Meeting.

6 400 congressistes chinois sur la promenade des Anglais à Nice. Les Galeries Lafayette privatisées pour l’occasion. Une dizaine de TGV affrétés. 79 hôtels réquisitionnés. 4 760 chambres d'hôtels réservés pour une durée de deux à cinq nuits. C’était le 9 mai dernier, un jour particulier pour l'économie locale qu’ont probablement envié tous les terroirs de France. Marseille se souvient pour sa part d’un mémorable 3 avril lorsque 1 000 Chinois avaient débarqué sur le terminal de croisière Léon Gourret du Costa Atlantica, parti un mois plus tôt de Shanghai pour le premier tour du monde proposé sur le marché asiatique. Depuis 2012, la Chine est le premier pays émetteur de touristes au monde et a franchi la barre des 100 millions de voyageurs l’an dernier, dont la moitié avait moins de 35 ans. Selon les données du groupe de courtage et d’investissements CLSA Asia-Pacific Markets, ils devraient être 200 millions d’ici 2020 et tripler leurs dépenses, estimées à 129 Md$ en 2014.

Rois du duty free

En 2013, la France a accueilli 1,7 million de touristes chinois, et la région PACA est leur seconde destination de prédilection après Paris. Ils représentent désormais 2,4 % des nuitées étrangères en hôtellerie (207 000) nuitées selon les données du Comité régional du Tourisme. Une croissance de 169 % ces quatre dernières années. Autant dire une tendance lourde que l’industrie du tourisme ne peut plus ignorer. Et ce d’autant moins que ces consommateurs voyagent presque pour consommer, ou du moins faire leurs emplettes en produits de luxe, seule garantie pour eux d’avoir accès à des produits moins taxés et d’éviter les contrefaçons. Selon les douanes françaises, chaque Chinois dépense un peu plus de 1 500 € par séjour, ce qui fait de lui le premier consommateur de duty free au monde.

Innovations plébiscitées par les marchés touristiques

« Il est important de comprendre les attentes de ces consommateurs vraiment différents, hyperconnectés aux réseaux sociaux, attirés par la Provence et parmi les plus grands consommateurs de luxe », explique l’expert tourisme, loisirs, affaires à la CCIMP.

C’est pour mieux appréhender cette nouvelle clientèle de l’Empire du Milieu (mais aussi de la Russie et du Brésil) que la CCIMP organise le 30 juin au WTC à Marseille la seconde édition de Tourisme Business Meeting avec à la fois un espace de démonstration des derniers produits et services innovants plébiscités par les marchés touristiques internationaux (showroom TourismInnov) et une table ronde en présence de spécialistes de ces marchés (cf. www.ccimp.com/tourisme-business-meeting).

Expliquer une bouillabaisse à une Chinois n’a pas de sens

« On assiste à une évolution de la clientèle touristique chinoise avec l’émergence d’une classe de jeunes actifs de 25 à 35 ans, qui ont souvent fait leurs études en Europe. Ils parlent anglais, sont autonomes et pratiquent un tourisme plus sélectif. Ce sont surtout des prescripteurs donc soignons-les », défend Aurélie Gaudillat, qui a créé à Aubagne l'entreprise Guanguang Puluowangsi (GGP), une plate-forme de présentation de la Provence en chinois (15 entreprises référencées) destinée à accroître la visibilité des professionnels provençaux sur le web chinois.

« La tranche plus âgée voyage encore en groupe dans le cadre d’un séjour européen et passe deux à trois jours en France. La bonne attitude à avoir à leur égard est tout simplement d’avoir le sens du service et de la bienveillance : offrir des brochures en chinois quand vous êtes hôtelier, avoir un menu avec des photos quand vous êtes restaurateur. Leur expliquer même en mandarin ce qu’est une bouillabaisse n’a pas de sens pour un Chinois qui ne connaît pas la plupart de nos ingrédients », poursuit celle qui a passé deux ans à Taiwan et en Corée.

Consommation loisirs

« Ils séjournent sur la Côte d’Azur pour faire du shopping. Ils viennent en Provence pour l’art de vivre, corrige certains clichés Aurélie Gaudillat. Et il n’est pas exclu d’intéresser les Chinois à la montagne si on les initie à la pratique ».

Quant au romantisme que l'on leur prête volontiers, « une série TV à l’eau de rose tournée en 2006 dans les champs de lavande a définitivement ancré cette vision de la Provence dans l’inconscient chinois. » C’est dire l’impact que pourrait avoir la série Family on the go, l’un des plus gros succès de la télévision asiatique, dont la saison 2 a été tournée dans la cité phocéenne. En 2012, 145 millions de Chinois en moyenne avaient suivi la première saison.

 

Tourisme Business Meeting : L'événement annuel des professionnels du tourisme

Pour mieux appréhender la clientèle des BRIC (Brésil Russie, Chine et Inde), la CCIMP organisera le 30 juin au WTC à Marseille une table ronde en marge de la seconde édition de Tourisme Business Meeting, une convention d’affaires où 30 agences réceptives et 250 entreprises du tourisme sont attendues. Occasion également de tester les dernières innovations du marché grâce à un showroom (TourismInnov) présentant une vingtaine de produits et services plébiscités par les marchés touristiques internationaux. Le débat, qui fera intervenir des spécialistes des marchés émergents, sera consacré aux comportements, attentes et besoins de ces clientèles.

Plus d’infos et inscription sur www.ccimp.com/tourisme-business-meeting