Menu principal

08.01.2016 - Sport et économie

Cluster sport métropolitain : La recherche à la pointe ?

Élément déterminant pour la structuration d’une filière dédiée, la recherche publique appliquée au sport est portée sur la métropole par Aix Marseille Université qui compte plusieurs pôles d’excellence notamment dans les sciences du mouvement.

« Le modèle économique est à construire. Des infrastructures de qualités sont à développer. Mais on part avec des atouts : la présence d’un marché de consommation, un climat idéal, un environnement naturel stratégique avec la mer et la montagne, et un potentiel colossal en raison du poids des seniors dans la région. Il reste à accompagner les PME et les TPE dans les services et produits innovants. C'est le rôle du TechnoSport », assure Denis Bertin, vice-président de la Recherche au sein d’Aix Marseille Université, qui intervenait à l’occasion d’une rencontre organisée par la CCIMP le 15 décembre à la Maison du développement industriel (MDI) sur le technopôle de Château Gombert autour de la thématique « Le sport, des technologies aux marchés ».

« La recherche et l’innovation joueront un rôle déterminant dans le domaine du sport où le pratiquant développe une attente croissante envers des produits techniques et des services numériques « quantified self », explique pour sa part Lionel Maltèse, enseignant-chercheur qui participe à un observatoire sur le sport business abrité par Le Figaro.

Aix-Marseille Université, qui est partie prenante dans la candidature Capitale européenne du Sport 2017, revendique quelques atouts dans la perspective de la structuration d’une filière autour du sport avec plusieurs entités de recherche publique appliquée, à la croisée des domaines du sport, des sciences et technologies et de la santé.

De la performance sportive à celle de l'entreprise

Outre le Centre de Droit du sport (rattaché à la faculté de Droit), qui a créé une chaire commune avec Kedge Business School sur le droit du sport, le management des organisations sportives et le marketing des événements, AMU dispose également du laboratoire Sport MG Performance (faculté des sciences), qui travaille sur deux axes de recherche, l’un avec Sciences Po Aix sur la gouvernance des politiques publiques du sport et le management des organisations sportives professionnelles, l’autre avec l’Institut national du sport de l’expertise et de la performance (INSEP) sur l’optimisation de la performance sportive et ses déclinaisons vers l’entreprise.

Outil innovant et unique 

Mais son joyau, en tout cas reconnu comme tel au-delà des frontières, est cette structure que l’on dit assez unique en France voire en Europe : l’Institut des Sciences du Mouvement (ISM). Le centre de R&D développe une approche interdisciplinaire sur la motricité au moyen de 5 plateformes technologiques de haut niveau, dont le Centre de réalité virtuelle de la Méditerranée (CRM), l’arène de vol Robotex et le tout dernier-né, le TechnoSport. 

« Le centre travaille en partenariat avec les laboratoires et instituts de recherches français et internationaux, de grands groupes industriels et des PME régionales comme Gymnova, Shark, Wizwedge ou Prolexia…, précise Guillaume Rao, maître de conférences à l’ISM, qui cite à l’appui le partenariat mené avec Décathlon, notamment sur les aspects biomécaniques. 

L'ISM vient en outre de rejoindre l’institut Carnot STAR (label accordé aux laboratoires publics qui s’engage dans la recherche partenariale en favorisant l’innovation des entreprises), lequel porte la filière industrielle Fast Spor’In. Récemment labellisé, le projet vise à accompagner les industriels, et plus particulièrement les PME, dans le développement d’un ensemble de produits et de services innovants pour la pratique sportive. Elles pourront ainsi bénéficier des moyens du TechnoSport.

Un équipement de 20 M€

Depuis un an, Aix-Marseille-Université s’est doté, sur le campus de Luminy à Marseille, d’un centre d’innovation pluridisciplinaire dédié à la recherche sur la performance sportive, notamment sous le couplage homme–matériel. Un équipement de près de 20 M€ pour une plate-forme qui comprend notamment 18 400 m2 de plaine sportive instrumentée, 400 m2 de salle de musculation, 2 500 m2 de gymnase instrumenté, 640 m2 de mur d’escalade, 510 m2 de recherche, deux laboratoires et une centaine de chercheurs... Des contrats de collaboration ont déjà été signés avec quelques noms emblématiques comme Nike, Oxylane, Gymnova ou Millet. Pour Décathlon par exemple, le TechnoSport met au point des tests pour quantifier l’amorti et la relance des chaussures de running. Mais d’autres secteurs sont également ciblés comme l’aéronautique, les transports ou la santé.

L’offre de services devrait se renforcer en 2016 et 2017. À terme, l’équipement pourrait également servir de lieu d’accueil d’équipes de haut niveau lors de stages de préparation.

A.D

Photo : ©AMU

Lire sur le même sujet 

Opportunité d’un cluster métropolitain Sport : Un terrain de jeu pour les entreprises ?  

Euro 2016, préfiguration à un cluster Sport ?