Menu principal

07.09.2015 - Territoire

JO 2024 : Marseille se dévoile

La capitale régionale a été choisie pour accueillir les épreuves de voile en cas de victoire de la candidature de Paris à l'organisation des JO 2024. Et vient par ailleurs d'être sélectionnée pour le premier tour de la Fed Cup.

Cela ressemble donc à un ticket Paris-Marseille. Elle était en lice face à six autres postulantes, Brest, Le Havre, le Morbihan Hyères et La Rochelle, les deux dernières unaniment reconnues comme de très sérieuses concurrentes techniques. Sachant que le plus redoutable restait le port charentais, notamment choisi pour les épreuves de voiles lors des deux dernières candidatures malheureuses de Paris (2008 et 2012), et accueillant en outre des grandes compétitions de dériveurs.

C’est finalement Marseille qui a été choisie ce 7 septembre pour être la ville hôte des épreuves de voile dans la perspective où Paris serait la ville des JO 2024. En dépit des 777,5 km qui la séparent de la capitale.

Verdict le 15 septembre 2017

Après l'inspection des sites en juillet – la dizaine d’experts mandatés par l'Association Ambition Olympique et Paralympique Paris2024, porteuse de la candidature de Paris aux JO2024, avaient d’ailleurs commence en juillet leur série de visites par la cité phocéenne – il était en effet prévu qu’ils fassent leurs recommandations début septembre au conseil d'administration de l'Association, composé en majorité de représentants du mouvement sportif, mais aussi de l'Etat, de la région Île-de-France et de la Ville de Paris.

Marseille jouera donc le ticket avec Paris, dont la candidature devra être officiellement déposée avant le 15 septembre. Le lendemain, le CIO officialisera la liste des candidates. Los Angeles (qui a déjà organisé les JO en 1932 et 1984 et qui partirait avec un budget de 4,md$ (3,6 Md€), Rome, Hambourg et Budapest seront de la partie tandis que la ville-organisatrice sera connue à Lima (Pérou) le 15 septembre 2017.

Faire la différence

Pour ce qui est de Marseille, la capitale de la région PACA aurait fait la différence sur la qualité du plan d’eau (notamment épargné par les marées) et de la marina du Roucas Blanc (qui sera entièrement dédiée au sport de compétition), les infrastructures, la capacité d’accueil, l’accessibilité, les conditions météorologiques mais aussi en raison de la nouvelle notoriété internationale de la métropole (attribuée à l’effet Capitale européenne de la Culture 2013 et du Sport 2017) et de l’adhésion de la population, a résumé, pour justifier ses choix, Jean-Pierre Champion, président de la Fédération française de voile et expert du comité d'évaluation.

Enfin, la ville s’est dotée ces dernières années d’une capacité hôtelière lui permettant d’afficher 5 687 chambres réparties dans 91 hôtels et 4 804 lits  dans les résidences de tourisme (source : Insee avec la DGE et les comités régionaux du tourisme).

Chance unique pour la notoriété

Pour l’un des principaux artisans de la Capitale européenne de la Culture et militant du rayonnement international de la métropole, c’est évidemment une « une excellente nouvelle », s’enthousiasme Jacques Pfister, président de la CCI Marseille Provence. « Après l'Euro 2016, l'année Capitale du Sport 2017, l'accueil d'un tel évènement-monde représenterait une chance unique pour la notoriété, l'attractivité et le rayonnement du territoire », a réagi le représentant du monde des entreprises, assurant les élus, Jean-Claude Gaudin, Dominique Tian et Didier Réault du soutien des acteurs économiques « pour relever le défi ».

Financement complexe

Interrogé par le quotidien 20 Minutes, Didier Réault, premier adjoint et adjoint à la mer, a reconnu que les « les clefs de répartition du financement [seraient] très complexes. La ville s'occupe des infrastructures et le CIO se charge de l'accueil des sportifs. Nous bénéficions du soutien de MPM, du Département, de la Région et de la Safim qui apporte ses halls du parc Chanot, son palais des congrès et le futur hôtel du boulevard Rabateau où seront logés les athlètes. Nous nous occupons également de fournir la tribune de 5 000 places qui sera installée au niveau de "l'hélice" (entre le monument pour les rapatriés d’Algérie et le Palm Beach Hôtel, NDLR) et que nous testerons à l'occasion de l’UEFA EURO 2016 puis de Marseille capitale du Sport en 2017. »

Fed Cup en 2016

La ville pourra par ailleurs tester sa capacité à … à l’occasion de l’accueil du premier tour de la Fed Cup (l’équivalent féminin de la Coupe Davis), France-Italie, pour lequel elle vient aussi d’être sélectionnée et qui se disputera au Palais des Sports les 6 et 7 février 2016.

A.D