Menu principal

15.06.2015 - Territoire

Aéronautique : À chaque projet structurant, un site d'implantation dédié

Les dirigeables, les systèmes de drone, l’hélicoptère, l’avion léger... sont désormais au cœur de la chaîne de valeur du secteur aéronautique régionale, fait valoir le pôle de compétitivité Pégase. Le foncier s'aménage en conséquence.

Emmenée par le pole de compétitivité Pégase, la région aéronautique PACA veut se distinguer en France par un positionnement aéronautique inédit, en ciblant notamment des marchés qui ne se situent pas dans les champs d’intervention traditionnels de l’industrie aéronautique et spatiale française et mondiale mais sur lesquels elle disposerait, via son tissu d'entreprises et de centres de recherche, des compétences technologiques nécessaires (cf. PACA, l'autre région aéronautique française)

Nouveaux usages, nouveaux services

« Les dirigeables, les systèmes de drone, l’hélicoptère, l’avion léger... sont désormais au cœur de la chaîne de valeur du secteur régional », indique Sarah Kirman, directrice de Pégase. C’est autour de ces nouveaux usages que le pôle de compétitivité spécialisé dans le secteur aéronautique et spatial veut structurer (offre de formation, économique et territoriale) un nouvel écosystème en vue de répondre aux besoins de nouveaux services aériens : le transport (proposer des moyens économiques et écologiques, via des aéroptères, ULM à moteur électrique ou des dirigeables), le secours (développer des drones, ballons, aéronefs pilotés, aéroptère etc. capables d'intervenir rapidement notamment dans des milieux inhospitaliers, pollués ou inaccessibles par voie terrestre…), l’observation (nouveaux types d’aéronefs économiques et autonomes pour missions d’observation de longue durée des territoires, de zones, de sites culturels, industriels, naturels…), les télécommunications (concevoir des satellites, des engins stratosphériques, des systèmes aériens légers et autonomes pour coordonner les informations en cas d’événements publics de grande ampleur ou pour assurer des missions de géolocalisation spécifiques…). Pour accompagner les projets structurants de la filière aéronautique, une offre territoriale est en train de s'aménager.

Projet Henri-Fabre 

C’est l’un des « chantiers » les plus ambitieux du territoire car il vise à faire éclore à horizon 2020-2025 un nouveau modèle industriel interfilières en exploitant les concepts de l’innovation collaborative et de l’entreprise étendue du futur. Le projet, qui mobilise plusieurs filières régionales – énergie, aéronautique, naval, médical, solutions communicantes, numérique –, vise à développer un écosystème de référence mondiale autour de deux expertises clefs : matériaux et procédés du futur et les services innovants aux industries. Porteur de 7 000 emplois à l’horizon 2020 au sein de quatre zones d’activité gérées par plusieurs intercommunalités des Boûches-du-Rhône - Empallières à Saint-Victoret et Les Florides à Marignane (Marseille Provence Métropole), Couperigne-Estroublans à Vitrolles (Communauté du Pays d’Aix), le pôle aéronautique à Istres (SAN Ouest Provence) -, il implique une multitude d’acteurs (donneurs d’ordre, PME, collectivités locales, État, Département, Région, Rectorat...) sur un territoire à vaste échelle (150 ha au nord de Marseille et au sud  d’Aix-en-Provence). D’ici à 2018-2019 vont s’échelonner les livraisons de bâtiments, dont le technocentre de quelque 16 000 m2 qui hébergera et mutualisera des outils et équipements à destination des entreprises pour leurs travaux de R&D et de valorisation technologique (cf. Projet Henri-Fabre : Alignement de planètes)

Dirigeables-charges lourdes 

Officiellement confirmé le 18 mai dernier par Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie, après avoir été retenu au titre des filières d’avenir pour réindustrialiser la France par son prédecesseur Arnaud Montebourg, le dirigeable a été sélectionné comme l’un des 4 modes de transport du futur. L'ambition de Pégase, poursuivie depuis plusieurs années, est de structurer une filière autour des gros ballons. L'étude d'opportunité a permis de définir deux segments de marché : les ballons dédiés au transport de charges lourdes et d'autre part, des engins stratosphériques destinés notamment à l’observation ou en relais aux antennes dans la téléphonie...Une zone d’activité a été fléchée sur la base aérienne d’Istres (13) en raison des capacités d’essais reconnues du site (cf. Le dirigeable, star régionale du Bourget)

Flying capabilities campus

il s'agirait d'un centre de formation et d’expertise dédié à la mise en œuvre et à la gestion des systèmes aériens et spatiaux existants et futurs. Le centre de recherche ONERA de Salon-de-Provence, le centre de recherche (CReA) de l'école d’officiers de l’armée de l’Air, le pôle de compétitivité Pégase, la DGA essais en vol, l’Agglopole Provence et la mairie de Salon-de-Provence sont les promoteurs de cette démarche qui ambitionne d’accueillir et de former des professionnels spécialisés dans la mise en œuvre des systèmes aériens et spatiaux. Le projet à triple vocation – recherche, formation, industrie-, veut s'inspirer des campus à l’américaine, où étudiants, chercheurs, enseignants et entreprises se côtoient.

Technopôle aéronautique Pégase 

Cette ZAC d’activités aéronautiques en Avignon (84) est destinée à terme à accueillir une trentaine de jeunes entreprises innovantes notamment dans la fabrication et exploitation de petites machines. Elle dispose à ce jour d’une pépinière aéronautique aux pieds des pistes de l’aéroport d’Avignon-Provence pour les essais, avec une petite dizaine d’entreprises (ADMS, G1 Aviation, Mach 7, MJ-BE, ATA Distribution, Aerover, Air Pixel…) intervenant  dans les drones, les ULM et les logiciels pour l’aviation et la distribution de pièces d’avions.

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités