Menu principal

18.10.2017 - Sport & Commerce

Pourquoi il était urgent de créer l'Académie du sport

L’Académie du sport, conçue par le Groupe école pratique et la Ville de Marseille, est désormais une réalité. Destinée à former des technico-commerciaux dans la vente d'articles de sport, la formation était très attendue par les enseignes nationales.

Mots clés : 
Imprimer cette page


 

C’est un projet qui trouve son épilogue. L’Académie du sport est désormais une réalité. Mûrie depuis quelques temps déjà pour répondre à une demande des entreprises – des enseignes de sport nationales notamment – en termes de compétences ciblées, elle vient d’accueillir sa première classe d’une vingtaine d’élèves il y a quelques jours au sein du Groupe école pratique (GEP), l’établissement consulaire de formation de la CCI Marseille Provence en charge de la formation en alternance et professionnelle.

« C’est un projet auquel je crois beaucoup et qui vient combler à la fois une carence en matière de formation dans la vente des articles de sport mais aussi répondre une importante pénurie de personnels et de techniciens, que ce soit dans notre région mais aussi dans la France entière. Les enseignes de sport demandent, aujourd’hui, à leurs collaborateurs d’être spécialisés pour assurer un conseil plus personnalisé et expert aux consommateurs », explique Jean-Luc Venturino, élu à la CCI Marseille Provence et notamment en charge de la formation. Une application de niche certes – « on n’est pas sur de grosse volumétrie, il ne s’agit pas de créer un énième campus de Kedge », désamorce l’élu - mais pour laquelle la chambre consulaire est pilote pour toutes les CCI de France. « L’idée est bien d’affiner au fur et à mesure le modèle pour qu’elle soit reproductible ailleurs ». 

 

La Fédération Sport et Cycles en caution

Développée en partenariat avec la Ville de Marseille, Capitale européenne du Sport créant l’opportunité, la trame de la formation a été établie en lien étroit avec la Fédération Sport et Cycles, association professionnelle regroupant plus de 1 300 entreprises réparties sur l’ensemble du territoire national (55 000 employés pour un chiffre d’affaires de 7,6 Md€ en 2016), « selon un cahier des charges précis et validé par le rectorat ».

Les formations proposées ont ainsi été établies avec la caution des référentiels de la branche professionnelle des commerces de sport. Elles répondront à 5 profils de postes : vendeur « Technicien cycle » (CQP) Niveau 5 (CAP/BEP), vendeur « technicien running » (CQP) Niveau 5 ; vendeur « conseiller commercial » Niveau 4 (BAC) ; « assistant manager » en magasin de sport Niveau 3 (BAC+2) et « manager marketing commerce du sport » Niveau 2 (BAC+3)

 

L'employabilité en garantie ?

 « J’ai beaucoup investi pour que les demandeurs de cette formation soient motivés à prendre nos élèves et ce, en les intégrant dans la sélection des candidats, ajoute Jean-Luc Venturino, qui insiste sur le fait que la formation s’affinera au fil de l’eau pour s’adapter au petit point aux spécificités des employeurs.

Les chiffres sont connus. Le département figure parmi les premiers territoires « sportifs » nationaux (au 2e et 3 rang selon les critères) avec 440 000 licenciés, 4 400 clubs affiliés à une fédération, 227 sportifs de haut niveau. Le secteur serait représenté, selon les données de la CCI Marseille Provence, par 3 200 établissements, soit 1,5 Md€ en chiffre d’affaires cumulé, dont 67 M€ réalisés à l’export.

« Tiré par la pratique sportive encadrée, l’emploi affiche une croissance de 1,1 %. En volume d’emploi, nous nous situons au 3e rang français derrière le Nord et la Gironde. Si elle reste encore émergente au regard des autres filières, elle développe un potentiel pour devenir une locomotive nationale sous réserve d’y associer un plan d’action adapté », complète Olivier Brigasco, responsable des relations avec les entreprises au sein du Groupe école pratique.

Si le commerce de produits sportifs est l’affaire de géants nationaux, les plus grandes enseignes de la distribution et magasins de marques sont représentés localement, une offre qui coexiste avec des commerces indépendants spécialisés dans des disciplines très pratiquées localement (plongée sous-marine, sports de glisse, vélo ou running). Un potentiel pourvoyeur d’emplois, donc.

 

A.D

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités