Menu principal

24.09.2015 - Si vous saviez...

Think & Go : Après les écrans, les vitrines connectées

La TPE de Meyreuil, qui vient de recevoir l’Awards 2015 de la digitalisation du point de vente, continue de défricher le créneau du sans-contact, réinventant la façon de consommer, échanger et partager les informations. Bienvenue dans l’environnement de l’ultra interactivité.

« Dans le secteur numérique, la prochaine grande rupture que nous allons vivre est celle des objets connectés », insiste Jean-Daniel Beurnier, le PDG d'Avenir Telecom, qui a abondé à hauteur de 30 %, en partie pour cette raison, au capital de Think & Go . La jeune pousse sortie de l'incubateur de la Belle-de-Mai et aujourd’hui installée au sein de la pépinière de Meyreuil continue en effet de tracer son sillon dans le créneau du sans-contact, interactif et dynamique.

Si elle a reçu ce 21 septembre l’un des 9 Awards (celui de digitalisation du point de vente 2015) pour sa solution « Écrans connectés » à l’occasion de la Paris Retail week 2015, la start-up multi-primée (une dizaine de distinctions en France et à l’international dont le 1er prix de l’Innovation au Mobile World Congress en 2013) développe depuis sa création en 2010 des solutions et services associant les technologies sans contact NFC (Near Field Communication) et iBeacon/BLE (Bluetooth Low Energy).

Technologie appliquée aux écrans

Après avoir planché sur le « parcours client » pour proposer aux points de vente une solution qui transforme le téléphone doté de la puce NFC en « scanette », permettant d'offrir des informations en temps réel sur les produits et les promotions et de valider aussi le panier à la caisse, la société applique désormais sa technologie aux écrans connectés, fruit de 3 ans de R&D et de 1,5 M€ investi. 

Fini l’écran passif

Jusqu’alors, la technologie NFC permettait de télécharger de l’information et d’interagir avec une puce NFC dite statique. En janvier dernier, lors du Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, la société fondée par Vincent Berge, « ex » IBM, avec trois autres anciens du NFC, a présenté ses écrans connectés BUMPP, conçus pour communiquer avec les montres connectées (Apple Watch et Samsung Gear S dans un premier temps) et tous les smartphones. Il suffit de poser son appareil sur la partie de l'écran et les écrans BUMPP leur transfèrent alors, en images et en moins d’une seconde, les informations disponibles sur le sujet pointé.

Mais l’usage va bien au-delà grâce à la combinaison des deux technologies, écrans connectés et NFC. Ainsi, en approchant un passeport, une carte bleue … ou tout autre objet doté d’une puce NFC d'un écran Think & Go, il est possible de télécharger tout aussi rapidement des coupons de réduction, effectuer un virement bancaire, obtenir une information etc.

Après les écrans, les vitrines

Après avoir accaparé l’attention lors du CES, y compris celle du ministre de l’Économie Emmanuel Macron qui s’y était attardé, la société a récidivé deux mois plus tard en dévoilant au Mobile World Congress de Barcelone un prototype de ses futures « Vitrines Connectées ». Cette fois, il s’agit de rendre les surfaces de vitrines dynamiques, chaque point communiquant avec les téléphones, cartes et montres, tout aussi rapidement et simplement en posant le doigt ou le téléphone sur la surface appropriée.

« Les vitrines deviennent alors de véritables extensions du magasin. Regarder un produit dans une vitrine peut maintenant se transformer en une véritable expérience d’achat, de promotions, ou de fidélité », faisait valoir la société lors de la démonstration.

Augmenter le retour sur Investissement des vitrines

Le travail marketing sur les vitrines interactives occupent depuis quelques années déjà les professionnels du secteur, les premières expériences exploitant notamment les QR codes ou la reconnaissance d’images. Mais avec un retour mitigé de l’expérience utilisateur.

La technologie des équipes de Vincent Berge aura-t-elle des résultats plus probants en termes d’engagement du consommateur notamment ? Elle promet pour sa part de la flexibilité dans l’utilisation de la vitrine, en permettant de la changer facilement et rapidement, et aussi davantage d’interactivité avec l’utilisateur dont l’expérience est simplifiée.

Offrir des services marchands grâce aux écrans connectés

Partant de là, toute surface devient business « friendly ». « Aujourd’hui, le marché est extrêmement porteur puisqu’il existe plus de 2 milliards d’écran. Ils sont partout : dans les avions, les voitures, les lieux publics, les commerces, à la maison avec la télévision, sur nous avec les montres, dans nos poches avec les téléphones portables...  Autant d’appareils que de clients potentiels », confirme le fondateur. Le marché des écrans connectés serait de l'ordre de 900 M€.

Think & Go, qui emploie 15 personnes entre son siège et ses bureaux à Paris, Sophia Antipolis et Singapour, possède déjà un panel de références (Unibail, Mediagare Carrefour, NEC, Orange, Telecom Italia, Gemalto, Casino, Leclerc, Carrefour, Danone, Décathlon) et d’applications. 

Carrefour avait notamment médiatisé l'inauguration en avril 2014 de son magasin connecté de Villeneuve-la-Garenne grâce à l'application mobile C-où, développée par Think & Go avec Publicis Shopper.

1 M€ de CA

Les écrans BUMMP, dont la commercialisation a démarré en début de cette année, ont été vendus à ce jour à 153 exemplaires, « dont une soixantaine en Asie et le reste principalement en Europe », précise Vincent Berge. 

Titulaire de 2 brevets, Think & Go a réalisé un chiffre d’affaires de 1 M€ en 2014 (+ 40 %) et après avoir levé 600 K€ en 2011 auprès de deux business angels et d’Oxo, le principal actionnaire d’Avenir Telecom, elle prépare un nouveau tour de table avec pour objectif de lever 2 M€ pour muscler son développement commercial.

 

A.D