Menu principal

18.06.2015 - Si vous saviez...

Ideol signe avec le Japon

La société basée à La Ciotat, à l’origine de la technologie plusieurs fois brevetée de fondations pour éoliennes flottantes, vient de concrétiser ses avancées sur le marché nippon avec la signature d’un contrat pour deux démonstrateurs.

En mars dernier, la start-up avait conclu un premier accord de partenariat technologique avec le groupe japonais Hitachi Zosen (Hitz). Elle annonce ce 17 juin qu’il s’est concrétisé par la signature d’un contrat d’ingénierie portant sur la conception de deux démonstrateurs d'éoliennes flottantes utilisant sa technologie brevetée Damping Pool.

« Ils seront tous deux adaptés aux conditions de mer japonaises, l’un en béton et l’autre en acier. Une première série d’essais en bassin a débuté la semaine dernière au Japon et l’installation des deux démonstrateurs est prévue avant fin 2017. Ce premier contrat majeur avec un acteur mondialement reconnu pour son expertise sur l’éolien en mer nous permet de démontrer notre capacité à exporter notre technologie sur les marchés les plus stratégiques. C’est aussi une preuve supplémentaire de la fiabilité technique et de la compétitivité prix de notre solution, et ce, y compris dans les environnements marins les plus exigeants », insiste Paul de la Guérivière, le PDG d’ideol.

Marché le plus prometteur

La société de la Ciotat, parmi l'une des pionnières sur le marché émergent de l’éolien en mer en version flottante, démontre aussi sa capacité à faire partie du jeud d'acteurs aptes à relever le défi qui se pose actuellement au secteur : installer des éoliennes dans des zones très profondes. Le marché de l'éolien flottant est l'un des plus prometteurs de la transition énergétique. Rien qu’en Méditerranée, il serait estimé 3 Md€ (cf. Éolien offshore flottant : un vent nouveau). Les éoliennes flottantes se maintiennent à la surface grâce à des ballastes et sont immobilisées simplement par des câbles qui les rattachent aux fonds marins. Ce système permet de placer des éoliennes à des profondeurs de plus de 50 m, là où il n’est pas possible précisément d’utiliser des fondations.

Diviser par deux le coût de l'éolien offshore 

Ideol a développé un flotteur qui s’affranchit de la problématique du tirant d’eau, et donc de la limite de la profondeur.« Son dimensionnement est calculé pour absorber les fréquences de ballottement de l'eau à l'intérieur, à la façon d'une bassine en mouvement remplie d'eau, et ainsi d’assurer la stabilité de l’éolienne en mer », détaille le dirigeant.

Compatible avec l'ensemble des éoliennes offshore « disponibles sur le marché sans aucune modification nécessaire », Paul de la Guérivière promet aussi « une solution qui divise par deux le coût de l'éolien offshore », notamment grâce à l’emploi du béton (à la place de l’acier), qui a déjà fait ses preuves sur « les plates-formes flottantes pétrolières et gazières ou les digues flottantes pour les ports de haute mer. »

Enfin, sa mobilité permet une souplesse d’installation : « la construction se fait sur place, nécessitant simplement un quai et une centrale à béton et peut également être réalisée en cale sèche ou sur une barge flottante », assure le PDG.

18,2 M€ levés

Pour financer ses développements, l’entreprise, qui ne dégage pas de chiffre d'affaires et emploie 16 personnes, a levé 18,2 M€ en plusieurs tours de tables dont 3,8 M€ en début d'année auprès de trois nouveaux fonds (HPC Capital, PACA Investissement et CPG) et de trois de ses actionnaires historiques (Demeter 3 Amorçage, Emergence innovation 1 et le groupe IO). Des financements qui finalisent un tour de table de près de 10 M€, dont 5,1 M€ obtenus auprès de l’Agence de développement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt « Énergies Marines Renouvelables » ( Investissements d’avenir) et 1,2 M€ issus de BNP Paribas et de la Caisse d’épargne. Cette rentrée de cash doit notamment lfinancer ses développements pour installer un démonstrateur en fin d’année au large du Croizic en Bretagne dans le cadre du projet européen Floatgen mené en partenariat avec Gamesa et Bouygues Travaux Publics.