Menu principal

29.04.2015 - Si vous saviez...

Innate Pharma : Un anticorps à 250 millions de dollars

La société marseillaise, positionnée sur l'immuno-oncologie, l’un des segments les plus prometteurs pour le traitement des cancers, vient de signer une transaction qui pourrait rapporter à terme plus d’1 Md€ avec le britannique Astra Zeneca.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Elle est la star incontestée des biotechs provençales et cela ne date pas du seul agenda du 24 avril, même si ce jour consacra un accord d’une valeur inégalée dans les biotechs françaises (jusqu’à 1,275 Md$). Quelques jours seulement après avoir annoncé une collaboration avec le groupe pharmaceutique, Sanofi, pour développer une nouvelle génération d'anticorps couplés utilisant sa technologie, la société biopharmaceutique marseillaise a signé avec un des grands laboratoires mondiaux de la pharmacie, le britannique AstraZeneca

Accord bienvenu

La Marseillaise, qui conçoit et développe des anticorps thérapeutiques innovants contre le cancer et les maladies inflamatoires, recevra initialement 250 M$ en échange du codéveloppement et du partage de la commercialisation de son anticorps baptisé IPH2201 (objectif : stimuler le système immunitaire pour lutter contre les affections), qui sera utilisé en complément du médicament du Britannique. La transaction prévoit en outre des paiements additionnels ainsi que des redevances à deux chiffres sur les ventes. Soit une valeur potentiellement estimée à 1,275 Md$ (1,17 Md€). L'accord tombe plutôt bien pour Innate Pharma, qui a divisé par deux son chiffre d’affaires en un an (7,6 M€ de chiffre d'affaires en 2014 contre près de 17 M€ en 2013) tandis que ses pertes avoisinaient les 20 M€. Et si sa trésorerie affiche 69,2 M€, elle a été abondée par les 50 M€ levés en juin 2014.

Marché estimé à 33 Md$

Tous les analystes saluent la belle opération commerciale, estimant qu’il s’agit du plus gros contrat jamais signé par une biotech française et qu’avec son actif unique au monde, Innate Pharma a cette fois franchi un cap décisif pour bien se positionner sur un marché (l'immunothérapie des cancers) estimé à 33 Md$ d'ici à 2022. Pour la société marseillaise, cette bouffée d’air va surtout lui permettre d’accélérer les essais cliniques de son anticorps, actuellement en phase 2 c’est-à-dire en avant dernière phase de tests sur l’homme avant une éventuelle autorisation de mise sur le marché.

Des précédents : Novo Nordisk et Bristol-Myers-Squib

Fondée en 1999 par 4 scientifiques européens pionniers dans le domaine de l'immunité innée et deux cadres de l'industrie biopharmaceutique (Hervé Brailly et François Romagné), la PME de Luminy n’en est pourtant pas à son premier coup de maître. Innate Pharma, qui a développé tout au long de son histoire un portefeuille de candidats-médicaments en se finançant par un mix auprès des acteurs du capital-risque, de la bourse (33,7 M€ levés en 2006 sur Euronext), et de partenaires industriels, a probablement réalisé les plus belles opérations de licences de l’histoire de la biotechnologie française. Son IPH2201 est licencié au danois Novo Nordisk, qui a pris 11 % de son capital. Et son Lirilumab, pour les patients âgés atteints de la leucémie aiguë myéloïde, est développé avec Bristol-Myers-Squib depuis 2011. Un accord assorti d’un versement initial de 35 M$. « 2015 sera une année clef avec les premières données des essais en cours de lirilumab, le déploiement des essais de Phase II de IPH2201 et le démarrage du programme clinique de IPH4102 », détaillait Hervé Brailly, le président du directoire à l’occasion de la présentation des résultats en février dernier.

Gouvernance renforcée

Le 27 avril, à l’occasion de son assemblée générale mixte, la société biopharmaceutique a annoncé l’arrivée de Véronique Chabernauden au conseil de surveillance*, présidé par Gilles Brisson. « Au moment où nous franchissons une nouvelle étape de croissance, avec le partenariat majeur signé avec Astra Zeneca, Innate Pharma renforce ainsi sa gouvernance avec un nouveau membre indépendant, dans une perspective de développement durable », a souligné le dirigeant. Médecin cancérologue et diplômée de l’ESSEC la nouvelle « recrue » est une familière de l’industrie pharmaceutique (notamment chez Sanofi Aventis), où elle a occupé des responsabilités à l’échelle nationale et internationale avant de conseiller des entreprises dans le domaine des technologies innovantes (Genomic Health, BioSystems).

A.D

*À ce jour, le conseil de surveillance d’Innate Pharma est composé de Gilles Brisson (président, administrateur indépendant), Irina Staatz-Granzer (vice-président, administrateur indépendant), Karsten Munk Knudsen, (administrateur, représentant Novo Nordisk), Patrick Langlois (administrateur), Philippe Pouletty (administrateur indépendant), Michael Caligiuri (administrateur indépendant) et Olivier Martinez (Bpi groupe, censeur).

Photo : Hervé Brailly, président du directoire et cofondateur d'Innate Pharma.