Menu principal

20.03.2015 - Si vous saviez...

SuperSonic Imagine prépare le successeur d'Aixplorer®

Positionnée sur un marché de niches – l’acquisition et le traitement d'images pour le diagnostic des maladies cardiovasculaires et des cancers –, la société aixoise prépare le successeur à son échographe, dont la technologie permet une meilleure détection et caractérisation des tissus malades.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Depuis que Jacques Souquet a sonné la cloche à Euronext Paris en avril 2014, « l’entreprise a connu un changement fondamental et une année de croissance incroyable. Nous avons accru notre visibilité auprès de nos concurrents et de nos clients. Aujourd’hui, SuperSonic Image réalise 60 % de son activité aux États-Unis, en France et en Chine et notre produit phare a franchi le cap des 1 000 ventes en janvier dans la cinquantaine de pays où nous avons les autorisations de marché », explique le fondateur et actuel président du directoire de la société. Le best-seller en question est son échographe Aixplorer®, dont le 1 000e exemplaire (qui se vend entre 60 et 180 K€), a été livré au centre de radiologie d'Aubagne.

Meilleure caractérisation des tissus potentiellement malins ou malades

Fondée en 2005, la société d’Aix-en-Provence, spécialisée dans l'imagerie médicale par ultrasons, a développé et commercialise une plateforme échographique dotée de sa technologie brevetée Elastographie ShearWave UltraFast™. Outre une cadence d'acquisition 200 fois plus rapide que les systèmes concurrents, l’innovation réside dans sa capacité à imager deux types d'ondes : « les ondes ultrasonores permettant de construire des images d'une qualité exceptionnelle et les ondes de cisaillement permettant aux médecins de visualiser et analyser en temps réel la dureté des tissus, grâce à une procédure fiable, reproductible, et non invasive. » Résultats, sous-entend-il : une meilleure détection et caractérisation des tissus potentiellement malins ou malades. Jusqu’à présent appliquée au diagnostic des maladies cardiovasculaires et de certains cancers, la technologie, qui s’adresse aux cabinets de radiologies privés, cliniques, hôpitaux et les centres de lutte contre le cancer, vise désormais sur les pathologies de l’urologie et du foie.

Perte nette réduite de 7 %

La medtech, qui a procédé à de nombreuses levées de fonds (près de 100 M€ auprès de différents investisseurs*) avant de s’introduire en bourse, a présenté ce 16 mars ses résultats annuels. « Nous avons toujours dit que nous atteindrons le breaking even point (point mort, NDLR) dans les cinq ans suivant notre entrée en bourse. Nous avons réduit nos pertes (de 7 % à environ 11,1 M€, NDLR), avons augmenté nos ventes (de 17 % à 19,8 M€), amélioré nos marges (la marge brute s'est établie à 7,4 M€, soit une croissance de 19 %). Et c’est la première fois que nos activités de service sont profitables et en croissance (+19 % à 1,6 M€) », diagnostique l’actuel président, dont il est question qu’il soit remplacé par l'actuel directeur des opérations.

Priorité : la Chine

En concurrence frontale avec GE, Siemens ou Philips, la success story provençale a notamment engrangé des contrats significatifs l’an dernier en dehors de son accord de recherche avec Canon pour développer un appareil d'imagerie photo-acoustique basé sur la technologie de SuperSonic. Elle a signé en exclusivité avec Konica Minolta Inc. qui assure la distribution son échographe au Japon, troisième marché mondial, puis avec l'Américaine Unetixs Vascular pour adresser le marché vasculaire et a renouvelé son contrat de distribution outre-atlantique avec Hologic jusqu'en mars 2016. « Le continent américain est le premier marché mondial mais la Chine représentera à horizon 2020 un quart du total mondial. Depuis deux ans, nous y avons un bureau de représentation qui emploie aujourd’hui 28 personnes », insiste Jacques Souquet. 

Successeur à Aixplorer

Au 31 décembre 2014, la société, qui emploie 149 collaborateurs, disposait d'une trésorerie de 44,2 M€ (contre 6,4 M€ un an auparavant, résultant du produit de l'introduction en bourse). Un cash qu’elle compte utiliser pour étoffer sa couverture des marchés mais aussi en R&D pour développer le successeur d’Aixplorer®  

Changement de gouvernance en perspective

En février, l’entreprise annonçait l'arrivée de Michael Brock, qui fut notamment le PDG du danois BK Medical, au poste de vice-président du conseil de surveillance. En avril, le conseil d'administration devrait proposer la nomination de l’actuel directeur des opérations Tom Egelund à la présidence du directoire. SuperSonic Imagine tiendra son assemblée générale annuelle le 29 mai 2015.

*Au cours des dernières années, SuperSonic Imagine a bénéficié du soutien de plusieurs investisseurs de premier plan, parmi lesquels Auriga Partners, Edmond de Rothschild Investment Partners, Bpifrance, Omnes Capital, NBGI.