Menu principal

24.01.2017 - Numérique

Comment Fenotek a sorti l'interphone de « l'âge de pierre » ?

Innovation d'usage ou innovation technologique ? La start-up marseillaise a enrichi de multiples fonctionnalités un objet réduit à sa plus simple expression depuis les années 50. De quoi réveiller le marché ...

De retour du CES de Las Vegas où elle faisait partie des 28 sélectionnés par Business France, l’agence française pour accompagner le développement international des entreprises, Fenotek, start-up créée à Meyreuil et désormais ancrée sur le Vieux-Port, mise à fond sur  Hi), son interphone vidéo connecté. Dans le courant du mois prochain,  cet objet qui évolue seulement « tous les vingt ans », selon Bruno Davoine, cofondateur de l’entreprise avec Didier Elbaz et Olivier Ros se retrouvera, transformé, dans les magasins spécialisés et grandes surfaces de bricolage.

« Depuis fin 2014, je réfléchissais à moderniser l’interphone traditionnel en lui donnant de nouveaux usages. C’est un marché sur lequel les fabricants réalisent d’énormes marges et n’ont pas envie que les choses bougent. Après ce constat et certains problèmes d’ordre technique résolus, j’ai décidé de me lancer. D’abord, en rajoutant de la mobilité qui permet aux propriétaires de maisons individuelles en Europe et aux USA (600 millions) d’être avertis dès que l’on sonne chez eux et de répondre de n’importe où dans le monde depuis leur téléphone portable. Ensuite, en proposant de multiples fonctions très utiles », explique Bruno Davoine, ingénieur Ponts et  Chaussées, passé par Adobe Systems, Cable and Wireless ou encore par le ciotaden Tagsy’s.

Et d'illustrer : une caméra de vidéo-surveillance détecteur de mouvements, la possibilité d’avoir recours à une équipe de surveillance, d’obtenir sa clé virtuelle pour entrer dans son Airbnb. « Déjà  Hi) reconnaît tous les téléphones des membres du foyer. A la fin de l’année, il offrira la reconnaissance faciale », poursuit-il. « Il s’agit plus d’une innovation d’usage que d’une innovation technologique. En fait, nous sommes un agrégateur de services existants que nous assemblons. Résultat, un interphone du futur vous permettant de savoir qui sonne à votre porte même si vous êtes très loin ».

514 contacts, 87 distributeurs

Particulièrement « agile », cette start-up est aujourd'hui dopée par l'enthousiasme rencontré à Las Vegas où elle a engrangé 514 contacts, rencontré 87 distributeurs et vu son trafic web augmenter de 220 %, sans compter une trentaine de préventes. Elle commencera par commercialiser sur l’Hexagone son produit conçu sur les rives du Lacydon et fabriqué en France afin de « bien maîtriser la situation », avant de s’attaquer à l’international. Objectif ? 10 000 ventes la première année pour un chiffre d'affaires d’environ 3 M€. Quant à la concurrence, essentiellement américaine et chinoise, elle n’inquiète pas Bruno Davoine car « ce produit est bien différent », estime t-il.

Accompagnée à l’origine par Pays d’Aix Développement, Fenotek a levé récemment 2,2 M€ auprès de iSouceGestion (gestionnaire du FCPI Angel Source), Turenne Capital (gestionnaire de PACA Investissement, fonds de cofinancement créé par la Région), CAAP Création (Crédit Agricole), Provence Business Angels, l’IAD (appui aux PME/TPE régionales), BPIfrance et… l’accélérateur P Factory.

 

Marie-Odile Helme

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités

Nos solutions business