Menu principal

01.03.2017 - I&T

Mobile World Congress : La task force régionale  

Pour le grand raout annuel des télécommunications, équivalent du CES de Las Vegas pour l’industrie de la téléphonie mobile, qui se déroule actuellement et jusqu’au 2 mars à Barcelone, une quinzaine d’entreprises représente le territoire au sein du Pavillon France.

Coincé entre les « gros-porteurs » américains du numérique, que sont Las Vegas (Californie) avec le CES en janvier et Austin (Texas) avec le « South By » en mars, le grand rendez-vous européen de Barcelone s’est néanmoins imposé comme une des grandes « Mecque » du secteur mais plus particulièrement axé sur l’environnement du mobile.  Peu s’en souviennent mais avant 2006, il avait lieu en France, au Palais des Festivals de Cannes. L’autorité organisatrice, la GSMA, association qui regroupe 250 industriels et 850 opérateurs de téléphonie mobile, avait alors annoncé que la Catalogne accueillerait le salon au moins jusqu’en 2023 à la Fira de Barcelona.

Pour cette édition 2017, placée sous le slogan « The Next Element », il était annoncé à l’ouverture le 27 février 2 200 exposants (fabricants, les équipementiers, les opérateurs et les développeurs d'applications et de services), dont 12 % d’opérateurs de télécommunications et 101 000 visiteurs étaient attendus, dont 12 % de Nord-américains et 15 % d’Asiatiques et 5 500 CEO.

Le repaire des grands groupes tels que Samsung, Sony, HTC et LG avait été marqué en 2015 par la présentation des Samsung Galaxy S6 et S6 Edge, 2016 par la réalité virtuelle qui avait d'ailleurs déplacé d’ailleurs Mark Zuckerberg sur la conférence de Samsung, laquelle s’était distinguée par les annonces autour de ses Gear VR équipés des technologies d’Oculus VR et par la vidéo à 360°.

Cette année, le Coréen, gêné par l’affaire des batteries du Galaxy Note 7, se fera plus discret, notamment sur son smartphone Galaxy S8. Il aurait de toute façon été éclipsé par le finlandais Nokia dont la réédition « vintage » du 3310 (commercialisé à 49 € au deuxième trimestre) a déjà animé l’écosystème alors qu’il permet seulement de téléphoner et d’envoyer des messages ! 

5G et réalité virtuelle

Parmi les autres faits majeurs : sur les usages, Google continue d’assurer la promotion de son assistant personnel intelligent, élargi à tous les appareils dotés d’Android 6 et Android 7 et que l'entreprise sud-coréenne LG, qui a dévoilé son LG 6, va intégrer, considérant cette technologie comme un « élément de différenciation pour contrer Samsung et Apple ». A contrario, le chinois Huawei, n°3 du secteur, se concentre étrangement sur les performances matérielles et le design, le hardware (le matériel), sur lequel il est plus difficile aujourd'hui de se distinguer.

Avec la réalité virtuelle, l’autre star de cette année est le réseau 5G, appelé à remplacer la 4G d’ici quelques années, et dont les voitures autonomes (comme pour le CES à Las Vegas, les industriels de l'automobile ont investi le salon pour présenter leurs technologies dans l'automatisation de la conduite) et quelques autres applications comme les interventions chirurgicales à distance, attendent beaucoup.

Première délégation régionale française

En 2016, le pôle SCS, cluster de référence basé en Provence sur les solutions communicantes, avait emmené 11 entreprises*, d’ailleurs la plus grande délégation française d’entreprises régionales exposantes parmi les 189 entreprises de l’Hexagone, pays déjà le plus représenté.

Sur les 2 200 exposants de cette année, 13 font partie de la délégation (cf. plus bas) et il s’agira également de la plus grande délégation française d’entreprises régionales exposantes, revendique le pôle SCS. Le Pavillon France comptera cette année 109 entreprises du pays dont 70 % de startups. L'Hexagone apporte au total un contingent de 165 entreprises et garde sa supériorité numérique en tant que force exposante.

Hors délégation provençale, notamment, la vaillante Wiko, société marseillaise, filliale du chinois Tinno, sera encore bien présente au MWC où elle lance le Wim, équipé d'un appareil photo avec deux capteurs et deux objectifs, l'un enregistrant les nuances de noir et de blanc, l'autre les couleurs. Une technologie développée avec la californienne Qualcomm (algorithme), la française DxO pour l'optimisation de la qualité de prise de vue et la suédoise Vidhance pour le système de stabilisation d'image. Mais aussi la société de Meyreuil Think&Go, qui y présente les avancées technologiques qui permettent d'enrichir toujours plus l'expérience shopping et la société d'Aix-en-Provence Crosscall dont le « téléphone flottant dans l'eau » fait couler ... de l'encre.

 

A.D

* Entreprises régionales présentes en 2016 : ABC Smart Card (« secured devices » dans le domaine des cartes à puces), ADIPSYS (édition de solutions de gestion de réseaux IP), Alcinéo (solutions de paiement contact et sans contact dédiées aux terminaux de paiement), Com4Innov (plateforme de test), Exalinks (réseaux de télécommunications et les technologies mobile), iQsim (serveurs de SIM, passerelles sans fil et de sondes de test/QoS), M2M Solution (machine-to-machine), PRAGMA (groupe en réseaux Telecom), SENSINEO (objets connectés), StarDust (transformation numérique et dans l’optimisation de l’expérience utilisateur), Think&Go (solutions et services dédiés au shopper connecté).

 

 

Ces 13 entreprises qui représentent (notamment) la Provence en 2017

      

Exalinks (Valbonne) est un éditeur logiciel fournissant une solution d’économie de données pour les réseaux mobiles afin de réduire les coûts des opérateurs mobiles virtuels.

Ezako (Paris), spécialiste du big data et intelligence artificielle, développe des solutions de prédiction de panne pour réseau et hardware.

Graalphone (Nice) a développé un boîtier mobile innovant sur la base de réflexions sur les usages et comportements observés autour des produits mobiles depuis 10 ans.

Greenerwave (Nice), qui réalise la fonction de miroir électromagnétique rendant les murs et objets intelligents.

iQsim (Biot) développe des solutions de cartes SIM virtuelles et de routeurs de communication vers les réseaux mobiles.

Lillybelle (Lyon) propose une gamme d’outils et de services pour la planification, la mesure et l’optimisation de performance des réseaux mobiles.

Novathings (Meyreuil) a conçu Helixee, présenté comme le premier objet connecté qui permet la sauvegarde automatique et le partage simple des données en toute sécurité.

Pragma (Marseille) est un groupe télécom, de conseil et assistant technique auprès des autorités de régulation des télécommunications sur la qualité des réseaux.

Teach On Mars (Valbonne) édite une plateforme de « mobile learning » dit de nouvelle génération.

Trusted Objects (Aix-en-Provence) est un éditeur qui « ouvre la voie » à une sécurisation des objets connectés au plus près des exigences des applications des utilisateurs.