Menu principal

10.01.2018 - Investissements

Quechen Silicon Chemical va investir 100 millions d’euros à Fos-sur-Mer

Après l’avoir mis en balance avec Rotterdam, l’industriel chinois a confirmé à l’occasion de la visite d’Emmanuel Macron en Chine qu’il avait opté pour Fos-sur-Mer pour y implanter une usine et un centre de R&D.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Si elle reste encore soumise à la signature définitive du contrat avant le 30 avril 2018, c’est une avancée majeure. Elle récompense deux ans d’efforts constants pour se hisser au niveau d’exigence réclamé par le numéro 3 mondial de la production de silice destinée à la fabrication de pneus verts. Quechen Silicon Chemical a signé l’accord confirmant son intention de construire à Fos-sur-Mer une usine de production d’une capacité de 90 000 tonnes par an de silice à haute dispersion (HDS) et de matière premières associées ainsi qu’un centre de recherche et développement. L’investissement s’élève à 100 millions d’euros et devrait générer 130 emplois. Le site, positionné sur le domaine du Grand Port Maritime de Marseille, est sorti vainqueur d’une mise en concurrence qui concernait 28 lieux en Europe, et qui a nécessité ces derniers mois une mobilisation sans précédent des acteurs publics et privés pour s’imposer face à Rotterdam.

Investissement majeur

La lettre d’intention qui lance la dernière phase des négociations relatives à la réalisation du projet en Provence a été signée le 9 janvier 2018 à l’occasion de la visite du Président de la République Emmanuel Macron en Chine. Elle associe, outre Quechen et le GPMM, le groupe chimique KemOne qui prévoit d’instaurer des synergies avec le nouveau venu et l’agence de promotion économique Provence Promotion. Pour Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence et de Provence Promotion, qui se réjouit de la « dynamique collective privée-publique » qui s’est organisée pour aboutir à cette décision positive, « Quechen Silicon Chemical sera sans aucun doute le premier d’une série d’investissements à capitaux chinois », en particulier pour le devenir de la plate-forme PIICTO à Fos. Pour les autres acteurs publics ayant contribué à cette implantation prochaine – Etat, Métropole Aix-Marseille-Provence, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, GPMM, Business France – une étape significative a été franchie dans la méthode de prospection et d’attraction d’investisseurs : par le passé, la dispersion des arguments des uns et des autres avait débouché sur l’échec de projets qui semblaient promis à la Provence, aujourd’hui, l’harmonisation des initiatives et des discours a payé.

Démarche payante

Siégeant à Wuxi, dans la province de Jiangsu, Quechen a souhaité positionner des usines au plus près de sa clientèle. L’Europe était dans ses objectifs. L’unité de Fos sera l’une des plus importantes au monde. Elle devrait approvisionner plusieurs industriels intéressés par les propriétés de la silice HDS pour accroître la résistance au roulement des pneus, réduire la consommation de carburant et améliorer les performances du véhicule. Pour Philippe Stefanini, directeur général de Provence Promotion, l’implication dans le dossier d’entrepreneurs provençaux à l’initiative de la CCIMP a permis d’appuyer favorablement la valorisation des attraits économiques, industriels et logistiques du département. Le lobbying politique mené par la métropole a aussi conforté la démarche, en montrant que Marseille s’avérait très attractive comme le démontre également le projet MIF 68 autour du textile, au pied du centre commercial Grand Littoral. « Nous avons désormais un package très fourni à faire valoir pour vanter l’attractivité du territoire. Dès cette année, de nouvelles initiatives sont prévues auprès d’opérateurs industriels et logistiques chinois, en partenariat avec le GPMM » annonce Philippe Stefanini.