Menu principal

09.10.2018 - Innovation

CCILab, smart port, intelligence artificielle… la CCIMP et thecamp partenaires de l‘innovation

Olivier Mathiot, président de thecamp était l’invité de la CCIMP, vendredi 5 octobre. L’occasion de dérouler la feuille de route du campus du futur et de renforcer le partenariat d’origine à travers de grands projets innovants

Mots clés : 
Imprimer cette page


 En tant qu’accélérateur de l’économie du territoire, il était tout naturel que laCCIMP soit l’un des partenaires fondateurs du « campus du futur », né il y a maintenant un an, à Aix-en-Provence. Naturel aussi car la conviction du président de la CCIMP, Jean-Luc Chauvin, est d’abord que thecamp doit permettre d’aider « à mieux accompagner les entreprises à se transformer pour anticiper les évolutions du monde, s’adapter et gagner en performance ».
En retraçant les origines du partenariat, Jean-Luc Chauvin est revenu sur les projets déjà menés. L’un d’entre eux vise à créer au Palais de la Bourse, une sorte de « thecamp en ville », le CCILab. Une mini réplique de la base aixoise « pour mettre à disposition des TPE-PME, des commerçants et des professions indépendantes un outil qui leur permet de réfléchir à la transformation de leur métier », explique le président de la Chambre. Le CCILab sera également un lieu de démonstrations de projet, « un lieu de rendez-vous, de coworking, mais aussi de restauration pourquoi pas », appuie Olivier Mathiot. Le projet devrait voir le jour avec la fin des travaux de rénovation du Palais de la Bourse fin 2019. Avec un tiers-lieu comme thecamp, le président de la CCIMP souligne l’intérêt de « bâtir une offre dédiée aux PME-TPE du territoire sur les questions de transformation, une sorte d’immersion-action, où elles vont réfléchir et faire, une expérience pour ressortir avec de nouveaux produits ».

Parmi les autres projets sur lesquels les deux structures travaillent main dans la main : le smart port. La CCIMP copilote avec l’Etat la démarche du smart port avec le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), Aix-Marseille Université (Amu), thecamp et des grands groupes à l’instar de la CMA CGM. « L’idée étant que chacun apporte sa contribution sur la blue economy (l’économie de la mer) et la gestion des ports de demain », explique Jean-Luc Chauvin. La CCIMP et thecamp entendent également développer des projets sur l’intelligence artificielle. Thecamp apporte « à l’image d’un chef d’orchestre sa capacité à aller « sourcer », et chercher des start-up pour ensuite les faire collaborer avec des grands groupes », exprime Olivier Mathiot. Il était d’ailleurs important pour lui de venir expliquer les ambitions et la philosophie du campus de l’innovation. Là-bas, les « campeurs » ne se tournent jamais vers les maux du passé préférant regarder vers l’avenir. « Il faut choisir son futur plutôt que de le subir » lance le chef d’entreprise. Le futur, c’est d’ailleurs l’un des quatre piliers sur lesquels repose la feuille de route de thecamp, les autres étant l’impact positif, la transformation et l’immersion.

Ainsi, le campus s’inscrit plus dans une dynamique « d’innovation for good » au service du bien commun. L’une des traductions est la création d’une fondation thecamp, lancée le 28 septembre dernier à l’occasion du 1er anniversaire du site. Motivé par une « dimension non-profit » et par une forte ambition internationale, réaffirmée par Olivier Mathiot, thecamp commence en outre à travailler sur des projets avec l’Organisation des nations unies. Et le 9 novembre, ce sera le lancement du conseil des sages, thecamp council… qui rassemblera des personnalités nationales et internationales. Pour Jean-Luc Chauvin, comme pour Olivier Mathiot, « il n’y a jamais trop d’ambition quand il s’agit de thecamp. Voyons grand et loin. »