Menu principal

06.10.2016 - Indicateurs

[+Vidéo] Conjoncture métropolitaine : Ambiance trouble, entreprises troublées

Le mouvement d’essuie-glace entre « mauvaises nouvelles » et tendances de fond pourtant plutôt positives a fini par entamer le capital de confiance des dirigeants de la métropole au cours du second trimestre. Une cassure qui a stoppé l'élan qui se confirmait trimestre après trimestre.

Trouble et troublés, diagnostique Éric Ammar à l’occasion de la présentation de la conjoncture métropolitaine, le tableau de bord initié par les milieux économiques* (UPE 13 et CCI Marseille Provence) et basé sur le sondage de 542 chefs d’entreprises. Trouble est l’ambiance économique avec un mouvement d’essuie-glace entre les mauvaises nouvelles (les crispations autour de la loi Travail qui ont perturbé l’anticipation d’une amélioration du fonctionnement du travail, le Brexit qui nuit à la visibilité des perspectives de développement de l’Europe et les attentats qui ont mis à mal le secteur du tourisme prégnant sur le territoire) et des tendances de fond pourtant plutôt favorables (redressement dans l’immobilier, conditions financières accommodantes, frémissements sur le marché du travail). Troublés sont les chefs d’entreprise, qui font part d’anticipations peu enthousiastes pour le 3e trimestre, pose le vice-président de la CCI Marseille Provence en charge du développement économique.

« Il y a eu une cassure très nette à la fin du 2e trimestre qui a stoppé un élan initié depuis quelques trimestres, même si les dynamiques restent positives pour le 3e trimestre avec une amélioration des trésoreries qui se confirme, des créations d’emploi qui reprennent le chemin de la croissance après 3 trimestres de baisse, des défaillances qui décroissent (- 4,4 % dans le département à fin mai vs. -0,9 % en France). Pour autant, la perception sur l’environnement reste plutôt négative. Faut-il encore d’autres démonstrations de l’impact de la confiance sur les acteurs », interprète-t-il.

Un arrière-goût d’incertain

Les trimestres s’enchâssent en laissant toujours un arrière-gout d’incertain face à la volatilité de l’activité. Près de la moitié des dirigeants interrogés ont considéré leur activité stable au cours du second trimestre et près de 30 % en baisse. Le pessimisme se répercute immédiatement sur le marché du travail : pour 74 %, l’emploi n’a pas bougé et 10 % le déclare à la baisse. Un dirigeant sur deux déclare un chiffre d’affaires constant mais un quart ont accusé une baisse.

Les PME restent toujours en cale sèche sur les marges. La part de ceux qui ne se prononcent sur l’état de leur trésorerie et de leurs carnets de commande interpelle : 25 et 41 % respectivement. Sur ces indicateurs, l’encéphalogramme plat est aussi la norme. Et ils sont plus de 10 % à faire état d’un repli.

« Au niveau mondial, on n’a jamais eu une politique des banques centrales aussi cohérente partout dans le monde avec des mesures très accommodantes », relaye Sébastien Didier, membre du directoire de la Caisse d'Épargne Provence-Alpes-Corse-Réunion-Antilles, le banquier soulignant que l’on « vit » au niveau des conditions d’emprunt « une période extrêmement rare ». Mais le vice-président de l’UPE 13 reste contrarié par « le choc de complexification ». Et le prélèvement à la source ainsi que l’évocation à nouveau de la taxation du CDD ne sont pas de nature à calmer les inquiétudes des entreprises, indique-t-il.  

BTP et immobilier, les divines suprises

Par secteurs, ce sont le commerce et le tourisme qui affichent les perspectives les plus pessimistes (effet du contexte sécuritaire et social ?). « Pour le tourisme, la fréquentation de juin à juillet amène des jugements mitigés : 42 % l’estiment inférieure à la saison de l’an passé. Mais Marseille tire mieux son épingle du jeu que d’autres départements. L’euro 2016 a bénéficié à 45 % des professionnels. Les choses étaient plutôt bien orientées pour l’été au niveau des réservations mais le choc du 14 juillet a été terrible et engendré des niveaux d’annulations impressionnants surtout pour les hôtels dont la clientèle est internationale » (cf. lire à ce sujet : Hôtellerie : L'effet Euro 2016).

« Le BTP et l’immobilier présentent les tendances les plus favorables. Dans le BTP, une hausse de l’activité est anticipée par 24 % des sondés et seuls 15 % évoquent une baisse. On est dans un contexte de forte hausse (+ 35 %) dans le logement privé (plus de 2 000 logements commencés sur le 2e trimestre, NDLR). Les perspectives pour la fin de l’année sont très encourageantes mais la situation des trésoreries reste en deçà des dernières années car la concurrence est très vive. Les prix n’ont jamais été aussi bas. La concurrence est acharnée sur les appels d’offres ».

Dans l’immobilier, ce n’est pas encore « l’euphorie » mais « il y a des signaux concordants de redémarrage tant sur le neuf que sur l’ancien ». « La baisse des prix à mettre en perspective avec des taux d’intérêt bas resolvabilisent une part importante des candidats acquéreurs », indique Sébastien Didier.

L'effet metropole ?

Éric Ammar est convaincu que l’ensemble des acteurs a pris conscience que la compétitivité de la France va se jouer au sein des métropoles et donc, que la Métropole n’est pas seulement un enjeu pour le territoire. « Il faut continuer à porter ce message d’autant que nous sommes une métropole dont les filières d’avenir porte les espoirs de croissance au niveau mondial. On a des atouts majeurs à faire valoir. L’image de la métropole est donc un bien commun auquel on doit être attentif ».

Les dirigeants, eux, sont 49 % à considérer l’image économique du territoire comme « attractive ou très attractive » et autant « peu attractive ». Ils sont au moins autant à estimer que l’organisation en métropole est importante pour leur entreprise. « Il est bien évident que ce n’est pas l’image du territoire qui fait avancer le chiffre d’affaire de l’entreprise. En revanche, les mauvaises images peuvent plomber ».

Dans cette course métropolitaine, l’international est aussi un enjeu majeur. Or, à cet égard, les chiffres sont « en trompe l’œil ». Si Aix-Marseille-Provence se place juste derrière Paris pour l’activité significative de ses entreprises à l’export, cette apparente situation enviable cache le misérable nombre d’exportateurs qui n’a pas évolué depuis des années. « D’une part, notre bonne position dans les classements est essentiellement le fait de grandes entreprises (Airbus Helicopters, Lyondell, Petroineos, STMicroelectronics, NDLR). Par ailleurs, si on se mesure en rapportant le taux des entreprises exportatrices (2,7 %, 3 931 entreprises) à la population totale des entreprises, on se retrouve en 6e position, ce qui n’est pas sérieux quand on est Aix-Marseille-Provence ».

Caméra, au poing

La présentation de la conjoncture s’est soldée par un focus sur la filière audiovisuelle-transmedia et industries créatives, une filière qui se structure et qui pèse 3 Md€ en région, dont 1,5 Md€ pour l’aire marseillaise, et 13 000 emplois, insiste Ilan Urroz, délégué général de PRIMI (interview vidéo à venir). Le secteur semble ne pas vivre dans le même « monde ». « Il connaît une belle activité, portée le besoin de plus en plus de contenus avec les nouveaux vecteurs VOD », explique Olivier Marchetti, dirigeant de Provence Studios. L’entrepreneur est à l’origine du projet qui a transformé les entrepôts du technopôle de Caronte à Martigues en studios de cinéma indoor. Depuis, des tournages (des séquences de films de séries et films, des clips mais aussi des pubs) s’y sont succédé.

L’ancien professionnel du transport et de la logistique a profité de l'instant et de ce halo de lumière sur la filière pour relayer son inquiétude face à l’annonce « fracassante » faite récemment par Xavier Bertrand devant les professionnels du secteur réunis à la Rochelle pour le festival de la fiction Télé. Le président de la région des Hauts-de-France a décidé de porter le soutien de sa collectivité à la filière audiovisuelle à 10 M€ par an, soit 2,5 fois plus que le budget actuel. Un appel aux collectivités locales ?

A.D

* Dernière parution en PDF dans cette page


Retour en images

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités