Menu principal

12.10.2019 - Filière maritime

4Helix + met à flot des solutions maritimes innovantes

Pilote du projet européen 4helix+ pour la Région Sud, la CCI Marseille Provence a présenté le 11 octobre les 6 projets sélectionnés dans le cadre de ce programme visant à favoriser la croissance de l’économie bleue en Méditerranée.

Il y a des innovations « vertes », souvent liées aux énergies nouvelles, et il y en a des « bleues » pour restaurer, préserver et valoriser mers et océans (biodiversité, qualité de l’eau, collecte de déchets…). Ciblé sur la Méditerranée et associant sept pays (France, Italie, Espagne, Portugal, Grèce, Croatie et Albanie), le projet européen 4helix + encourage les innovations créatives de cette « économie bleue » dans le cadre du programme Interreg Med. En France, c’est en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur que le projet est déployé et piloté par la CCI Marseille Provence.

A la suite d’un appel à candidatures au printemps 2019, six lauréats ont été retenus, porteurs d’un projet de produit ou service inédit sur le pourtour méditerranéen. Cinq d’entre eux ont eu l’opportunité de l’exposer le 11 octobre dans l’enceinte du Palais de la Bourse. « Le maritime est de retour ! » s’enthousiasme Jean-François Suhas, membre de la CCI Marseille Provence en charge de la filière maritime et président du Club de la Croisière Marseille-Provence. « Ce secteur représente 120 000 emplois régionaux et 29% de l’emploi maritime national, ce qui fait de notre région la 1ère en France alors qu’on croit souvent que c’est l’ouest. Des défis nouveaux se présentent au monde maritime. Le rôle de la Chambre de commerce est incontournable pour stimuler l’innovation et faire décoller les entreprises ». 4helix + s’adressait d’un côté à des porteurs de solutions, de l’autre aux experts, issus de l’accompagnement à l’innovation ou des industries créatives et culturelles (design, multimedia…) en vue de constituer un binôme destiné à faire aboutir le projet d’ici fin 2019. A la clé, une aide européenne de 10 000 euros sera remise aux experts qui auront accompagné les entreprises.

Du numérique à l’industriel
Guillaume Jacquet-Lagrèze (SeaZen) a lancé l’exploitation d’un bateau solaire sur la Côte d’Azur (Nice, Beaulieu, Monaco). « Trois mille personnes ont déjà plébiscité notre démonstrateur pour des promenades avec skipper ou en le louant, soit comme un bateau sans permis, soit clé en main. Nous voulons maintenant développer le concept et les process métiers ». Son expert, RIA Création, l’a aidé sur la refonte du site internet.

De retour d’un salon en Colombie où il a accumulé les contacts sérieux pour sa société ABIM, Pierre-Emmanuel Peyrou a adapté le BIM (maquette numérique pour la construction) à l’audit de structures flottantes ou immergées en réalisant un jumeau numérique 3D pour en faciliter l’expertise et la maintenance. La solution répond à des problématiques techniques (et financières) dans l’offshore, l’éolien en mer, les ports, les pipelines… L’ensemble s’appuie sur une plate-forme web sécurisée. « Notre 1ère version se finalise pour un client, d’autres attendent. L’intelligence artificielle ouvre des possibilités inimaginables sur la collecte et le traitement des données recueillies » dit-il. Apingo Design contribue à la réalisation de son application.

Alain Maurin a constitué GM Pro pour développer un kit de stabilisation des ancres plates de bateaux qu’il a breveté. Son innovation préserve les fonds marins. Il a imaginé également pour la petite plaisance une ancre fixe pliable qui entre dans un attaché-case. Son expert, Marha Conseil, l’aide à conforter son projet sur les plans commercial, financier, technique… « La SNSM a testé notre solution, nous avons équipé le Yachting Club de Monaco, le Parc National des Calanques et Eco-Gestes Méditerranée s’y intéressent » assure-t-il.

Nouvelles activités touristiques
Martina Schluter, avec Watch the Sea, se positionne plus dans le tourisme environnemental que le produit industriel. Sous forme associative dans l’attente d’un modèle économique et social structuré avec l’appui de son partenaire Inter-Made, elle propose du « seatrekking » combinant exploration du littoral et des fonds marins en snorkling ou apnée libre et randonnée à pied en pleine nature, avec bivouac. Les excursions servent aussi au ramassage des déchets. « Nous envisageons notamment de collaborer avec des guides indépendants pour encadrer les activités » confie-t-elle.

Whimsitech veut, elle, faire décoller les amateurs de loisirs balnéaires avec son « Whimsifoil », un hydrofoil électrique à propulsion sous-marine « écoresponsable » pour voler au-dessus des flots. « Nous voulons ouvrir au plus grand nombre la sensation de voler » indique son dirigeant, Etienne Mombereau, qui envisage de travailler avec des professionnels de la location aux abords de la mer, de l’océan, des rivières ou sur les lacs. Son partenaire croate, 4Film, une société de production, réalise des courts-métrages pour promouvoir le produit et inciter à terme à la pratique.

Enfin, Team Sardine a eu l’idée de créer une auberge de jeunesse en réhabilitant des vieux voiliers pour les transformer en hébergements. ICI Marseille l’aide à concevoir une solution d’ombrage adaptée, à partir de matériel de récupération, pour protéger les bateaux et leurs résidents en périodes de fortes chaleurs.

« 4helix + a permis ici de susciter des concepts très différents, beaucoup plus que dans les autres pays » se réjouit Nadia Trainar, directrice des programmes et projets d’innovation de Thecamp, qui a participé aux côtés de la CCIMP à la mise en œuvre du projet européen (identification des entreprises et des experts, accompagnement de binômes…). See’Up et Make it Marseille ont été également investies dans l’initiative qui ne s’est pas limitée, dans son impact, au seul territoire régional. Des experts de la région sont aussi impliqués comme experts d’entreprises du pourtour méditerranéen.

 

Légende photo 

De g. à d.)

Premier rang : Nadia Trainar, Directrice des programmes et projets d’innovation de thecamp, Alexandra Rigo, chef de projet 4helix+ de la CCI Marseille Provence, Martina Shluter, Fondatrice de Watch the Sea, Guillaume Jacquet-Lagreze, fondateur et président de SeaZen, Alain Maurin, Fondateur de GMPRO, Jean-François Suhas, Membre élu de la CCI Marseille Provence en charge de la filière maritime.

Second rang : Valère Escudié, Co-fondateur de See’Up, Pierre-Emmanuel Peyrou, Fondateur de ABIM Tech, Etienne Mombereau, Associé de Whimsitec, Maud Favre, Responsable de la filière maritime et logistique de la CCI Marseille Provence.