Menu principal

27.06.2019 - Filière Eau

Hydro Business Meeting, catalyseur d’innovations pour un meilleur usage de l’eau

La 1ère convention d’affaires de la filière en Région Sud a réuni donneurs d'ordres et entreprises innovantes autour d'opportunités business le 25 juin.

Le réchauffement climatique implique d’adapter ses pratiques. Une exigence propice à l’innovation, comme l’ont démontré les exposants du « village des solutions » et les participants aux challenges portés par EDF, Suez Eau, Société des Eaux de Marseille (Veolia) et la Métropole Aix-Marseille-Provence.
 
Considéré comme une filière d’excellence, l’écosystème des acteurs de l’eau, de l’hydraulique et de l’assainissement s’est retrouvé dans le Grand Hall du Palais de la Bourse afin d’échanger sur les impacts du réchauffement climatique et les modalités de préservation des ressources en eau sur le territoire, mais surtout nouer ou approfondir des relations pour concevoir les solutions qui permettront d’y faire face. Hydro Business Meeting a été imaginé pour faciliter les contacts entre donneurs d’ordres, TPE-PME et start-ups, inciter à l’innovation et encourager les expérimentations qui déboucheront sur des produits commercialisables. "C’est une manière pour nous de renforcer le caractère 100% business de cet événement complémentaire des actions déjà engagées sur la filière", explique Maurice Wolff, membre élu de la CCIMP en charge des filières et grands projets métropolitains. "En créant un lien privilégié entre les principaux opérateurs de la Métropole Aix-Marseille-Provence et d’Alpes-Durance, Hydro Business Meeting traduit aussi concrètement le dispositif Aix-Marseille-Provence Pacte PME signé le 11 juin entre la Métropole et la CCIMP". 
 
Technologies d’optimisation et de rupture
Dans les seules Bouches-du-Rhône, le secteur, à travers quelque 320 entreprises, emploie directement 3 300 personnes. Ses impacts indirects dans le BTP, l’industrie, sont encore plus massifs. Mais ils peuvent se démultiplier aux yeux des représentants des grands groupes, soutiens de l’événement et de son « Challenge Innovation ». "Nous concrétisons déjà chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros d’achats sur le territoire et même si l’hydraulique est une énergie ancienne, c’est une énergie du futur car elle sera la 1ère contributrice à la transition énergétique. Mais nos activités subissent ponctuellement des tensions qui nécessitent des remises à niveau et de développer de nouveaux outils pour que la moindre goutte d’eau puisse satisfaire tous les usages", souligne Vincent Lambert, Directeur de l’Agence EDF 1 rivière 1 territoire Durance Méditerranée. "Nous travaillons sur l’amélioration des performances et la recherche de fuites sur nos réseaux d’eau potable, sur la détection de germes et micropolluants, sur la réutilisation des eaux usées… Notre volonté, c’est de vraiment laisser un champ ouvert aux idées nouvelles pour les proposer à nos clients, industriels et collectivités", confie Lionel Ercolei, directeur innovation de la Société des Eaux de Marseille. Pour Yves Fagherazzi, directeur général de SERAMM (groupe Suez), l’enjeu est double : il concerne autant l’optimisation constante du service apporté aux usagers et collectivités, par exemple par la digitalisation ou la réduction des impacts environnementaux, que la résolution de problématiques techniques, voire de verrous technologiques, dans l’exploitation du réseau d’assainissement métropolitain. "Nous considérons les entreprises extérieures comme nos alliées pour progresser", indique-t-il. "Nous finalisons ainsi avec la start-up GreenCityzen un capteur qui aura la même sensibilité que le nez humain pour détecter le gaz toxique H2S. Aucun n’existe aujourd’hui sur le marché. Cette solution découle d’un travail commun sur la lutte contre les odeurs. C’est de plus en plus fréquent de partir sur une problématique de R&D et de découvrir que l’innovation permet d’en résoudre d’autres". Pour encourager ces approches collaboratives opérationnelles, la CCIMP étudie l’implantation d’un « CCI Lab ». 
 
Pérenniser les modèles 
Le Challenge 2019 de cet Hydro Business Meeting a permis aux donneurs d’ordres de faire travailler les offreurs de solutions innovantes sur des problématiques concrètes et opérationnelles. Ainsi, 4 défis ont été lancés par 4 grands donneurs d’ordres : Sécurité d’alimentation en eau potable (Société Eau de Marseille Métropole), Systèmes d’assainissement & économie circulaire (Suez Eau), Ouvrages hydrauliques de demain (EDF Hydro Méditerranée) et Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Métropole AMP). Chacun d’entre eux ont sélectionné 3 ou 4 sociétés (1) pour exposer leurs solutions aux professionnels présents. Klearia (capteurs ultrasensibles d’analyse de micropolluants métalliques), GreenCityzen (solution connectée de mesure par capteurs intelligents de l’H2S à faible quantité), Subsea Tech (robots pour inspections visuelles/sonar dans des canalisations de moins de 500 mm de diamètre jusqu’à 5 000 m de distance) et Nauvelis (plate-forme d’interconnexion de services et objets multiples) ont été distinguées. Le « village des solutions », organisé en partenariat avec l’association Cycl’eau, a par ailleurs contribué à réduire les obstacles dans l’identification et l’accès aux contacts entre grands groupes et apporteurs de solutions innovantes. 
 

Crédit : François Moura / CCIMP
Légende photo (de g. à d.) Vincent Lambert, EDF, Yves Chardard, Subsea Tech, Clément Nanteuil, Klearia, Lionel Ercolei, Société Eau de Marseille Métropole, Dominique Laplace et Laurence Merle, Seramm/groupe Suez, Guy Lecurieux-Lafayette, GreenCityzen, Zohra Djellali, Métropole Aix-Marseille-Provence et David Jury, Nauvelis

 
 
L’Afrique en ligne de mire 
Pour Valérie Elmerini, directrice du pôle EA éco-entreprises qui réunit plus de 160 membres dans l’eau, l’énergie et l’environnement, "il existe une multitude de savoir-faire et de compétences à valoriser en région. On parle souvent de start-ups, mais beaucoup de TPE-PME ont encore besoin de pérenniser leur modèle économique sur leurs métiers. La co-construction de solutions avec des donneurs d’ordres contribue à lever les freins", a -t-elle précisé. 
 
Mais la prospection ne doit pas se restreindre au seul champ régional. Et l’atelier animé par la CCIMP en lien avec le réseau Africalink était là pour le démontrer. En Afrique, l’appréhension de la préservation de la ressource en eau et du réchauffement climatique ouvre la porte à des offres adaptées aux difficultés spécifiques du continent (sécurisation de la ressource, stress hydrique, construction et réfection des réseaux…). Cet atelier pourrait préfigurer une offre pour l’accompagnement d’entreprises au salon West African Clean Energy & Environment au Ghana en novembre 2019. 
 
(1) Société Eau de Marseille Métropole : Acqua Solutions, Klearia et Laboratoire Bioamar 
Suez Eau : CLEEF System, GreenCityzen et Hysilabs 
EDF Hydro Méditerranée : Mecason, Geophyconsult, Mistras et Subsea Tech 
Métropole Aix-Marseille-Provence : Adeunis, Nauvelis, Selerys et Tenevia