Menu principal

24.06.2019 - Emploi

L’employabilité en Méditerranée à l’honneur au Groupe Ecole Pratique

Les représentants de 12 pays méditerranéens se sont réunis le 21 juin dernier dans les locaux de l’école de la CCIMP, à l’occasion de la conférence annuelle du Groupe HOMERe.

Objectif de cette rencontre : débattre des questions de l’emploi et de l’employabilité. Un édifice auquel la Chambre a apporté sa pierre en évoquant ses initiatives en la matière, notamment la mise en place du Hub Mentorat. 
Labellisé Sommet des deux rives, l’événement traitait de la question de l’emploi et de l’employabilité sur le marché du travail méditerranéen. Les échanges des personnalités présentes, venues de 12 pays et issues des mondes institutionnel, universitaire, associatif et professionnel, devaient permettre d’établir une fiche de propositions à soumettre trois jours plus tard au palais du Pharo, lors du sommet en question. Et le Groupe HOMERe, investi dans une volonté d’aider au recrutement de jeunes diplômés sur les rives Sud et Nord, est l’entité idoine pour fédérer autour de ces problématiques. Sous son impulsion en effet, près de 450 étudiants ont pu réaliser un stage de six mois en entreprise dans un autre pays méditerranéen depuis 2008. "Et à l’issue de ces stages, tous ont trouvé un emploi, à 70% dans leur pays d’origine", explique Léo Vincent, responsable du programme.


Pour Fabrice Alimi, Vice-Président de la CCIMP chargé de l’emploi, recevoir cette conférence annuelle dans les locaux d’une école de la Chambre était "un signal fort", explique-t-il. "Face à l’absence de passerelles entre le monde de l’enseignement et les entreprises, face aux problématiques de temporalité, puisqu’au moment où de nouveaux cursus de formation sont enfin mis en place dans un monde qui va vite, elles sont bien souvent déjà obsolètes, recevoir le groupe HOMERe, c’est leur signifier à quel point on a besoin d’harmonie temporelle entre entrepreneurs et institutionnels". Ce d’autant que l’emploi des jeunes "est une préoccupation partout, quel que soit le territoire". 

Favoriser le mentorat
La conférence était aussi l’occasion, pour le vice-président, de témoigner des initiatives consulaires pour favoriser l’employabilité. "En règle générale, il est difficile pour les jeunes de plugger ce qu’ils ont appris à l’université, à entrer dans l’entreprise et s’y épanouir. La CCI s’est emparée de cette question, elle a réfléchi à la façon de permettre à ces étudiants de ne pas seulement rester des théoriciens de leur discipline". C’est ainsi qu’il a évoqué le dispositif « Tandem - Le Hub du Mentorat », dont le succès n’est plus à démontrer avec des taux de réussite en termes de prise d’emploi de "70 à 72%. On multiplie donc le taux habituel par deux grâce à l’accompagnement. Idem pour les entreprises, qui ont un taux de survie à trois ans deux fois supérieur quand elles sont accompagnées, soit 75%". D’où, ce message de conclusion livré par Fabrice Alimi aux représentants des douze pays présents : "prenez le réflexe d’utiliser vos CCI ! Elles sont la représentation du monde de l’entreprise. Qui a la possibilité de travailler en micro ? La CCI ! Elle peut en effet calibrer des formations qui vont donner des étudiants de suite opérationnels. Ici, nous allons dans le détail pour fabriquer des cursus micro, correspondant aux réalités de l’entreprise. C’est un gros travail à la chambre".