Menu principal

29.11.2018 - Emploi

Emplois francs : une chance pour les entreprises et les quartiers prioritaires de la Métropole

Les chefs d'entreprises locaux connaissent encore mal le fonctionnement du nouveau dispositif des emplois francs lancé en avril par l'Etat. Invité par la CCI, la préfète à l’égalité des chances Marie-Emmanuelle Assidon s'est livrée à un exercice de pédagogie lundi 27 novembre au Palais de la Bourse.

Mots clés : 
Imprimer cette page

L'Etat a choisi la Métropole Aix-Marseille pour expérimenter son dispositif des emplois francs à partir du 1er avril 2018. Il couvre 59 quartiers prioritaires de la ville sur 15 communes du territoire, soit 46 000 demandeurs d'emplois éligibles.  Le principe est simple : toute entreprise embauchant un salarié habitant l'un de ces quartiers peut bénéficier d'une aide substantielle de Pole emploi. Pour un CDI, l'employeur reçoit 5 000 euros par an pendant trois ans ; et pour un CDD d'au moins six mois, 2 500 euros par an sur deux ans. Pour les temps partiel, l'aide est calculée au prorata des heures de travail.

Lors d'une première réunion des corps consulaires avec le préfet de Région, Pierre Dartout, cet été, « les chefs d'entreprises ont unanimement avoué leur méconnaissance du dispositif », explique Fabrice Alimi, vice-président délégué à l'emploi à la CCI Marseille Provence. La préfète à l'égalité des chances, Marie-Emmanuelle Assidon, est donc venue faire une petite piqûre de rappel devant les chefs d'entreprises réunis au Palais de la Bourse.

Une aide substantielle pour toutes les entreprises quelle que soit leur implantation

« Pour la puissance publique, il s'agit d'un moyen de rétablir l'égalité dans l'emploi. Pour les entreprises, c'est une aide non négligeable au recrutement. Enfin, c'est un formidable levier du développement économique et social du territoire pour tous », a affirmé la préfète. La représentante de l'Etat a insisté sur la simplicité des emplois francs qui concernent toutes les entreprises « même celles qui ne sont pas sur la métropole », a-t-elle précisé. En effet, contrairement à certains anciens contrats aidés, l'aide n'est pas conditionnée à l'implantation de l'entreprise dans un quartier prioritaire de la ville. Seule l'adresse du domicile du candidat importe. Il doit résider depuis au moins deux mois dans un des quartiers désignés et être inscrit à Pôle Emploi pour signer un emploi franc. « Si il n'est pas inscrit, il suffit d'en faire la demande à l'agence la plus proche », ajoute Aude Jenouvrier, directrice territoriale déléguée chez Pole Emploi. De plus, les emplois francs sont cumulables avec d'autres aides à la mobilité ou à la formation. Les employeurs souhaitant signer un emploi franc avec un candidat issu d'un quartier prioritaire de la ville doivent se rapprocher de leur agence Pole Emploi. Un numéro de téléphone est mis à leur disposition : le 3995. Le versement est ensuite effectué chaque semestre par Pôle Emploi à l'entreprise.