Menu principal

01.06.2018 - Emploi / Formation

KEDGE renouvelle sa stratégie pour former les leaders du XXIe siècle

Respectivement président et directeur général de KEDGE, Stanislas de Bentzmann et José Milano ont présenté jeudi 31 mai aux journalistes leur vision des enjeux de transformation des entreprises, mais aussi (et surtout) le nouveau positionnement stratégique de l'école.

Mots clés : 
Imprimer cette page

« À chaque époque son paradigme, commence par rappeler Stanislas de Bentzmann, président de KEDGE, pour introduire la conférence de presse du 31 mai. C’est ainsi qu'après le XVIIIe siècle, qui a été celui des Lumières, donc des connaissances, puis le XIXe, qui a vu naître le concept d'État-nation et les grandes utopies philosophiques et politiques, le XXe a été marqué par l'avènement de l'économie mondialisée. Nous pensons que c’est avant tout la technologie qui portera les grandes évolutions de ce XXIe siècle. Pour autant, nous sommes convaincus que l'homme doit rester au cœur de ce nouveau paradigme. » C'est autour de cette idée centrale que KEDGE a mené sa réflexion stratégique et construit son nouveau projet éducatif.


Dans un contexte de mutation profonde des modèles économiques et sociaux (entreprises disruptées, métiers redessinés, organisations bouleversées, nouvelles relations des individus au travail…), il s'agit de former les leaders du XXIe siècle. Des leaders à même de comprendre, d'accompagner et de piloter toutes les transformations à venir. « La différenciation se fera sur des profils hybrides, solidement équipés en soft skills, à l’aise avec la technologie et le design, souligne Stanislas de Bentzmann. Des leaders créatifs, capables de libérer les énergies collectives et d'aborder la complexité avec agilité. »

Transformative Innovation for Humanity


KEDGE structure donc son environnement pédagogique autour de trois grands piliers. D’abord le management de la Tech, ce qui implique nécessairement une certaine familiarité avec le monde de l'innovation et de l’ingénierie. Ensuite, l'aspiration au bien commun : l'esprit critique, l'empathie, l'éthique, la recherche de l'intérêt général, les réponses données à la quête de sens qui caractérise les nouvelles générations… Et, enfin, l'entrepreneuriat, c'est-à-dire les qualités de créativité, de prise d'initiative, d'adaptation à un monde en perpétuel mouvement. Pour incarner ce nouveau modèle d’école ? Une nouvelle signature : “Transformative Innovation for Humanity”.


Sur le plan opérationnel, c'est aussi sur trois notions-clés que repose le nouveau modèle de KEDGE : la performance, aussi bien au sens économique et commercial que sur le plan académique, la qualité (« il n'y aura bientôt plus de place pour les écoles de milieu de classement », résume José Milano, directeur général) et l'agilité des systèmes, des organisations et des compétences. « KEDGE sera bientôt la seule école française dont tous les collaborateurs auront obtenu un Certificat Digital reconnu par le Répertoire national des certifications professionnelles », signale José Milano.

Une stratégie éco-systémique, activement innovante et résolument mondiale
 

Pour transformer son offre de formations et de services, KEDGE s’appuie sur quatre leviers. La logique des centres de recherche et des expertises a été repensée en Transformation Cells pour désormais raisonner en écosystème pour accompagner la mutation des entreprises.


Dans le même esprit, une place prépondérante sera accordée aux outils et aux méthodes de “pédagogie augmentée” et d’acculturation technologique. Comment ? En privilégiant notamment les approches de design thinking et de critical thinking, ou encore en développant des cursus hybrides avec les écoles d'ingénieurs.


Les campus, eux-aussi, deviendront de plus en plus propices à l'innovation et répondront aux meilleurs standards mondiaux en termes de qualité de l’expérience physique et digitale. D'importants programmes d'investissement ont été lancés dans ce sens. José Milano indique que « dans les deux ans à venir, tous les sites KEDGE auront été profondément transformés et digitalisés. »


Naturellement, c'est un modèle international véritablement intégré qui se déploie progressivement, que ce soit sous la forme de campus implantés à l'étranger (comme en Chine, au Sénégal…), d'exportation de programmes, ou de partenariats et d'échanges d’étudiants avec des établissements ciblés.


Concluant sur ce que sera KEDGE dans trois ans, Stanislas de Bentzmann expose les différents engagements pris, en particulier celui de figurer parmi le Top 25 des business schools européennes, ou encore celui de porter à plus de 95 % le taux de satisfaction des étudiants. « Nos objectifs sont ambitieux, mais au regard de nos atouts et des moyens que nous nous donnons pour les atteindre, ils paraissent réalistes », estime-t-il.

CONF_PRESSE_V1 from LABL on Vimeo.
 

Nos solutions business