Menu principal

27.07.2018 - Economie

La chambre de commerce et d’industrie vigilante sur la baisse des moyens

Réduire de 40% les recettes et se « réinventer » : le gouvernement appelle les CCI à une réforme profonde de leur mode de gestion.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, a annoncé le 10 juillet vouloir réduire de 400 millions d’euros sur quatre ans la taxe pour frais de chambres, qui finance les CCI. L’impact de cette réforme pour chacune des CCI n’est pas encore connu. « D’abord parce qu’entre les annonces du ministre et la loi de Finances, il y a toujours des écarts, souligne Jean-Luc Chauvin, président de la CCI Marseille Provence.

Quel que sera l’effort demandé, la CCIMP a pour ambition de continuer à garantir à ses clients le meilleur niveau de service, tout en se modernisant. Malgré une baisse continue de ses ressources de plus de 30 millions d’euros depuis 2010, la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence a réussi à renforcer sa présence sur le terrain, tout en préservant ses équipes après un plan de réduction d’effectifs en 2016. « La variable d’ajustement, ça ne peut être l’emploi », assure le président de la CCIMP. 

Le cap fixé par Jean-Luc Chauvin et son équipe est clair : gérer l’institution CCI comme on gère une entreprise, au plus près de ses clients. Une ambition qui permet de garder un coup d’avance sur les réformes en cours. 

Les élus locaux sont sur la même longueur d’ondes : entre les CCI et les intercommunalités, départements et régions, « on observe aujourd'hui des efforts conjoints pour éviter les redondances et les concurrences stériles mais aussi pour aller plus loin dans la recherche de synergies », souligne l’ADCF, fédération regroupant les élus des intercommunalités.

Dans les Bouches-du-Rhône, la CCI dispose de pas moins de 9 sites, dont 6 hors de Marseille. Ce réseau a permis de rencontrer depuis 2017 plus de 2 000 chefs d’entreprises et commerçants directement chez eux, pour les accompagner dans leur activité. Chaque année, les 27 millions d’euros de taxes qui constituent une partie de son budget génèrent 865 millions de valeurs ajoutées sur notre territoitre.