Menu principal

22.11.2017 - Concours

Med'Innovant : Qui sont les lauréats 2017 ?

Les lauréats du concours Med’Innovant ont été dévoilés ce 21 novembre à La Coque, nouveau lieu emblématique de l’innovation au sein d’Euroméditerranée à Marseille. L'essentiel sur les quatre primés et les deux coups de coeur ...

Mots clés : 
Imprimer cette page

 

 

Le jury composé de 30 membres a donc révélé ce 21 novembre à La Coque, showroom et bras armé de Aix-Marseille French Tech, les 4 lauréats et deux coups de coeur, retenus à l'issue d'un parcours en deux temps parmi les 12 finalistes qui avaient été présélectionnés (87 dossiers ont été déposés suite à l'appel à candidatures lancé début septembre). Parmi les critères de choix : la qualité et crédibilité de l’équipe (capacité à porter un projet), la pertinence de l’innovation (problèmes ciblés et réponse de la solution), la faisabilité technique et commerciale et enfin, son impact pour l’écocité marseillaise.

Lancé pour la 6e fois consécutive, organisé par l’Etablissement Public d’Aménagement Euroméditerranée et la Cité des Entrepreneurs d’Euroméditerranée, le concours vise à accompagner des projets innovants et durables dans le domaine de la smart city.

Pour rappel à la clé, une dotation financière d’une valeur de 40 000 euros à se partager mais surtout ce concours présente la particularité d’offrir aux primés un site d’expérimentation à grande échelle puisque les solutions des entreprises retenues ont vocation à être déployées au sein de l’écoquartier qui se construit actuellement au cœur d’Euroméditerranée.

Cette année, les candidats devaient s’inscrire dans l’une des quatre thématiques fléchées : « mieux vivre en ville » (e-santé, économie collaborative, silver économie, wellness…) ; « habitat et environnement » (tout ce qui touche à l’innovation dans le bâtiment et la construction : gestion, production, stockage, distribution de l’énergie, recyclage, tri et réutilisation des déchets, nouveaux matériaux, traitement de l’eau, éclairage public, smart grids, smart building etc.) ; « mobilité et sécurité » (e-commerce, fintech, big data…) et « technologies sans contact » (NFC, objets connectés).

 

Qui sont les lauréats 2017 ?

 

Agrivolta (Rousset), start-up créée en 2016 par Julie Davico-Pahin avec son père, horticulteur, a développé une solution d’ombrières intelligentes visant à favoriser l’agriculture dans les milieux urbains. Son outil agricole, breveé et connecté, ombrage les cultures maraîchères afin d’augmenter leur production, notamment dans des espaces touchés par la sécheresse. L’implantation de panneaux photovoltaïques permet d’alimenter les bâtiments alentours (immeubles, lotissements, entreprises ...) en énergie verte.

Avec son béton naturel, la société marseillaise Geocorail, créée en 2012 et dirigée par Philippe Andréani, conçoit et commercialise des solutions permettant de lutter contre l’érosion du littoral et de protéger les ouvrages maritimes côtiers ainsi que les structures offshore.

Protégées par plusieurs brevets, ses solutions reposent sur un procédé d'électrolyse de l'eau de mer permettant de créer in situ une roche naturelle à partir des minéraux présents sur place. Offrant une résistance mécanique élevée, la technologie présente aussi l’avantage de fixer une partie du carbone présent dans les océans. Elle peut ainsi être utilisée pour piéger certains polluants tels que les métaux lourds en milieu marin.

Fondée en 2009 par Mathieu Destrian, la société aixoise Intellinum a mis au point une chaussure de sécurité connectée avec le fabricant notoire et vauclusien, Gaston Mille (cf. Intellinium mise sur la chaussure de sécurité intelligente).

Intégrées dans la chaussure (et non dans la semelle), des technologies embarquées brevetées permettent d’adresser les problématiques de sécurité, sûreté et santé des travailleurs, sans recours aux smartphone ou autres supports mobiles, et faisant économiser à l’employeur environ 25 % des coûts par rapport aux équipements existants. La solution Intellinium inclut aussi une application mobile sous Android permettant de configurer l’équipement et d’afficher pour le manager des alertes en temps réel.

Fondée en 2015 à Saint-Rémy-de-Provence par Pierre Bellagambi et Simon Lillamand, aujourd'hui implantée au Technopôle de l’Arbois, Techno BAM a inventé un piège à moustiques plus respectueux de l’environnement que les insecticides classiques. Après deux années de recherches et d’essais, la solution brevetée « Borne Anti-Moustiques » (BAM), est destinée à être déployée en zone urbaine et privative. La société s’est notamment fait remarquée dernièrement. Depuis juillet 2017, Thierry Dassault Holding et Air Liquide France Industrie ont investi 500 000 euros dans on capital. Elle a aussi bénéficié à deux reprises d’une subvention de la banque publique de 30 et 100 K€.

 

Coups de chapeau

Enfin, les deux coups de cœur ont été adressés à la société marseillaise MGI, la spécialiste portuaire des systèmes d’information et à l’association loi 1901 R-Aedificare, également basée à Marseille.

La première déploie ses solutions dans quasiment les ports de France, métropole et DOM-TOM. Elle a été primée pour Channel 5, un canal d’information et système d’aide à la décision intégrant de l’intelligence artificielle afin d’augmenter la robustesse des chaînes logistiques. Il utilise des données non exploitées jusqu’à présent et issues de sources multiples pour générer des indicateurs (temps réel et preédictif) sur la situation portuaire (par exemple, sur le volume des marchandises attendu), et proposer une assistance automatique pour la gestion des risques. La société est aussi un des piliers « entreprise » de la démarche « French smart port in Med » (cf. Marseille enclenche sa transformation en port intelligent)

En cours de finalisation, le projet de R-Aedificare, porté par un collectif dont Valérie Decot, vise à mettre en oeuvre la filière de réemploi de matériaux du bâtiment issus des déconstructions. Aujourd’hui, le secteur du bâtiment produit 70 % des déchets tous confondus, alors que de nombreux matériaux sont réutilisables. Le projet prévoit de recenser les matériaux voués à la démolition afin de favoriser leur réemploi en mettant en relation les maîtres d’ouvrage, ceux qui démolissent avec ceux qui construisent. Le projet porte un triple ambition (économique, sociale et environnementale) : création d’emplois, de nouveaux métiers et réduction et valorisation des déchets.

 

Retour sur ...

L’édition 2016 avait notamment distingué Wever (catégorie Mobilité et de la Sécurité), Solable (Habitant et environnement) dont la solution « LaDouche », n’est pas passée inaperçue lors du dernier CES de Las Vegas (cf. CES 2017 : Survivor attitude pour 14 startup), Miwilli (Mieux-vivre en ville), Antalios (Technologies sans contact et objets connectés professionnels) et Fenotek (Mobilité et sécurité cf. Comment Fenotek a sorti l'interphone de « l'âge de pierre »).

es coups de cœur et de chapeau étaient allés respectivement à Meel Terrassement et Sunpartner Technologies, qui a fait du chemin depuis (cf.Comment Sunpartner Technologies veut devenir un leader mondial des verres PV transparents).

Depuis 2010, le concours a vu passer plus de 120 dossiers et 11 lauréats ont été récompensés pour leur innovation.

 

--- Adeline Descamps ---

©VR

Nos solutions business