Menu principal

24.08.2015 - Commerce

La franchise, antidote à la morosité commerciale ?

Co-organisée par la CCI Marseille Provence et la Fédération française de la franchise, la 13e édition du rendez-vous des acteurs de la franchise du grand Sud se tiendra dans un contexte d’atonie commerciale. Mais le modèle économique semble résister à la lame de fond.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Sur quelle dynamique et dans quelle conjoncture se tiendra le prochain rendez-vous des acteurs de la franchise du grand Sud, Top Franchise Méditerranée, les 16 et 17 novembre 2015 au Palais de la Bourse à Marseille ?

Co-organisée par la CCI Marseille Provence et la Fédération française de la franchise, la précédente et 12e édition avait réuni 113 exposants dont 47 nouveaux entrants (contre 102 en 2013), 3 726 visiteurs (+ 6 %) et intéressé 93 enseignes dans 41 secteurs d’activité. À l’issue du salon, les candidats à la franchise (44 % des salariés ou dirigeants d’entreprise et 23,7 % des commerçants isolés ou déjà franchisés) souhaitaient lancer leur franchise dans l’année et même, 37,6 % dans les 6 mois à venir. En 2014, sur les 35 % des Français déclarant vouloir créer leur entreprise (+ 7 points par rapport à 2013), 41 % souhaitaient également entreprendre en franchise.

Prise de risque limitée, apport immédiat de notoriété et de savoir-faire, gestion et exploitation facilitées, la formule séduit, en dépit (ou grâce) à un contexte commercial en mutation et une conjoncture économique incertaine.

Vacance commerciale en hausse

Tous les spécialistes de l’aménagement commercial le concèdent : l’immobilier commercial, qui avait mis un demi-siècle à se structurer entre grande distribution et commerce de rue, est depuis quelques années confronté à une conjonction de facteurs qui forcent à repenser les fondamentaux du commerce de détail. Parmi les tendances de fond, qui ne font plus débat, l’impact du commerce sur Internet sur le point de vente.

Selon le bilan 2014 de la Fédération pour l’urbanisme et le développement du commerce spécialisé Procos (représentant 260 enseignes et 60 000 points de vente), l'activité du commerce spécialisé (hors alimentaire) a clôturé l'année sur un nouveau recul de 0,6 % (- 0,9 % en 2013), un retrait toutefois amorti au regard de l’« effondrement » en septembre (-7,5 %), octobre (- 4 %) et novembre (- 5,1 %). Selon le dernier bulletin de santé de mai, le commerce spécialisé finissait le mois à - 2 %, impactant les boutiques de centres-villes (- 3,8 %) mais aussi les centres commerciaux (- 1,5 %).

Corollaire implacable, la vacance commerciale a de nouveau progressé dans les centres-villes pour atteindre en moyenne 8,5 % (7,8 % en 2013). Selon l’observatoire de la Fédération, 65 centres-villes présentaient l'an dernier un taux de vacance commerciale supérieur à 10 % (au delà de 7,5, elle est considérée comme élevée, témoignant d’un déclin de la commercialité). Soit 20 cas de plus qu’en 2013.

Et la franchise dans cette conjoncture économique peu favorable ?

Selon l’enquête publiée en novembre par la Fédération française de la franchise (FFF, 160 enseignes, 45 % des franchisés), l’ensemble des points de vente exploités en franchise ont affiché un chiffre d’affaires en hausse en hausse de 8,5 % par rapport à 2013 (année marquée par un recul de 7 %), à 51,45 Md€, mais qui résulte davantage d’une croissance en volume, le nombre d’unités franchisées ayant augmenté au cours de l’année.

Avec 1 796 réseaux identifiés, la France a gagné 77 franchiseurs de plus sur un an. Quant aux franchisés, la FFF en a identifiés 68 171, soit plus de 3 000 de plus que l’année précédente, correspondant peu ou prou à son rythme de croissance annuel. En 2014, ils étaient un tiers à déclarer une augmentation de leur chiffre d’affaires (médiane à 500 K€ contre 400 K€ en 2013). Toutefois, un quart, seulement, exprimaient leur intention d’investir dans un autre point de vente (contre 29 % en 2013 et 38 % en 2012).

Côté franchiseurs, entre juillet 2013 et juillet 2014, ils ont créé en moyenne 7 nouveaux points de vente, pour 1,1 fermeture.

129 sièges sociaux de franchiseurs

Il était toujours difficile de recenser le nombre de franchisés (car ils ne disposent pas de code NAF) mais, selon Albert Asseraf, mandataire à la Chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence (CCIMP) en charge du salon Top Franchise Méditerranée, la région PACA compte actuellement plus de 5 000 magasins franchisés soit un peu plus de 10 % des effectifs nationaux. Elle accueille par ailleurs 129 sièges sociaux de franchiseurs en PACA, dont 79 dans les Bouches-du Rhône (Saga Cosmetics, Spok, Boulangerie Ange, Café Noailles, Allo Pneus, Texto, La Compagnie des Petits…).

« La totalité des enseignes nationales franchisées sont présentes sur Marseille et sa région. Et tout nouveau concept qui se créé a comme ambition d'avoir des représentants en Provence. Dans la dernière enquête  du mensuel spécialisé Franchise Magazine (2015), Marseille arrive en tête des villes françaises devant Lille et Paris dans les priorités d'implantation des franchiseurs nationaux », relève l’élu.

Worldcompanies

Que ce soit en propre ou en france, la métropole a engrangé ces derniers temps quelques belle signatures internationales à l'instar de Starbuck, Hard Rock Café, Burger King. Symptomatique d'une attractivité nouvelle ? (cf. Aix-Marseille Provence : En toute franchise(s) ?).

Sans doute serait-elle confirmée si la société à la pomme croquée de Cupertino, déjà implantée à Aix-en-Provence et attendue avec fébrilité par les décideurs locaux, se décidait. Mais la société californienne joue pour l'heure l'arlésienne à Marseille.

A.D

 

Lire sur le même sujet

Aix-Marseille Provence : En toute franchise(s) ?

 

La Franchise en chiffres

Depuis 2004, le groupe Banque Populaire et la Fédération française de la franchise mènent avec l’Institut CSA une enquête sur la franchise (405 entretiens téléphoniques réalisés en 2014 auprès des franchisés et 200 entretiens téléphoniques auprès de dirigeants de réseaux de franchise).

Quels enseignements ?

         •         60 % des franchisés sont des hommes

         •         L'âge moyen du franchisé est de 46 ans

         •         51 % des franchisés ont un BAC+ 2 et plus

         •         70 % des franchisés sont d’anciens salariés

         •         Chaque franchisé emploie en moyenne 6 salariés (en équivalent temps plein). Soit au total, 335 271 personnes. Ils sont nettement moins nombreux à avoir créé un emploi en 2014 avec 34 % contre 43 % en 2013. 6 % indiquent avoir licencié au cours de la même période.

         •         En 2014, un transfert des grandes agglomérations vers les villes moyennes s’est opéré : un tiers des franchises était exploité dans des communes de moins de 5 000 habitants, et 51 % dans des agglomérations de moins de 25 000 habitants (42 % en 2013)

         • Chez les franchisés, le revenu annuel moyen s’élève à 32 876 €.

         • Dans la moitié des cas, l’investissement initial du franchisé s’est élevé à plus de 100 000 € et et à moins de 50 000 € pour 31 % des franchisés. 42 % proviennent des ressources personnelles de l’entrepreneur.

         • 11 années en moyenne séparent la création de l’enseigne de celle du premier point de vente en franchise.

         • La durée moyenne du contrat de franchise s’établit à 5,9 années.

         • Le franchiseur est propriétaire de son réseau depuis sa création dans 77 % des cas (85 % en 2013). 92 % des enseignes sont d’origine française.

         • Parmi les difficultés au développement de leur réseau, les franchiseurs citent à 62 %, le financement ; à 51 %, le prix et la rareté des emplacements (74 % pour le secteur du commerce) ; à 43 %, la qualité des franchisés ; à 35 %, la difficulté à recruter des franchisés et à 21 %, les normes et la réglementation.