Menu principal

07.10.2016 - Attractivité du territoire

L’accompagnement de la mobilité, nouvel argument de marketing territorial ?

L’attractivité d’un territoire repose aussi sur la capacité à accompagner les personnels d’une entreprise qui souhaite y investir. Provence Promotion déploie une gamme d’outils qui permet aux personnels de se projeter en Provence. Selon son type de famille et son style de vie.

Hashtag ? #reussir#Business#Ailleurs. Il n’y a pas qu’une vie à Paris, Londres, Barcelone, Milan, Berlin. Après tout, Cdiscount ne siège-t-il pas à Bordeaux, Sigfox à Toulouse, Voyagesprives.com à Aix-en-Provence ? Si la capacité des métropoles à rayonner au niveau international est une obligation dans un contexte européen, la compétition pour attirer les investisseurs internationaux et les talents qui les accompagnent est féroce, place Jacques Pfister, qui intervenait aux côtés de Solange Biaggi, présidente de Provence Promotion, ce 4 octobre, lors de la présentation de la nouvelle gamme d’outils que l’agence de développement économique local va étrenner à l'occasion de Parcours France, le salon dédié aux opportunités en régions*, dont la 9e édition sous la thématique « Territoires de croissance » se tiendra le 11 octobre à l’Espace Champerret à Paris.

« Quand j’entends les propos très durs prononcés par les pouvoirs publics de Los Angeles à l’endroit des autres candidates au JO 2024, alors qu’il s’agit quand même d’un événement censé refléter les valeurs de l’olympisme, on mesure à quel point la compétition mondiale entre les métropoles est âpre », plaisante faussement le président de la CCI Marseille (et membre du GIP des JO), cofinanceur de l’agence de promotion du territoire à l’international aux côtés du Département (et bientôt de la Métropole, cf.encadré).

« Et vos collaborateurs, ils sont d’accord pour bouger ? »

Dans toutes les études qui dissèquent, par l’analyse d’une somme d’indicateurs, les cheminements des entreprises qui cherchent à s’implanter ou se relocaliser, il est coutumier de prêter aux dirigeants l’intention de ne se polariser qu’à des critères purement « business ».

« Or, la question la plus sensible, pour les dirigeants exogènes, au moment d’investir sur le territoire, est celle d’emporter l’adhésion de leurs collaborateurs et nouvelles recrues », soutient Philippe Stéfanini, se basant sur l’effet produit quand on les interroge sur l'assentiment de leurs collaborateurs.« La question les déconcerte alors qu’ils se soucient, eux, de savoir si leur site sera facilement accessible aux clients ».

Le sondage « Regard croisé salariés et dirigeants d’entreprises : L’attractivité des métropoles françaises », qu’avait réalisé OpinionWay pour la Foncière des Régions en décembre 2014, était à cet égard éclairant.

Parmi les critères importants dans un choix d’implantation, les dirigeants citaient majoritairement : l'existence d'un tissu économique actif et dynamique, la proximité clients, la qualité des infrastructures de transport, la disponibilité de la main d'œuvre locale et le prix des locaux disponibles. Sur ce qui les ferait éventuellement bouger : la proximité clients, le coût du foncier, un tissu économique plus attractif. À la même question, les salariés, au demeurant moins attachés que leurs dirigeants à leur territoire, priorisaient le coût de la vie (moins élevé), le climat (plus doux), le marché du travail (plus dynamique), des trajets domicile/travail (réduits).

« L’idée est d’agir en amont. C’est important qu’ils puissent trouver, avant toute décision, des réponses à leurs questions et se rendre compte de ce le territoire peut leur apporter dans leur nouvelle vie », reprend Philippe Stéfanini.

16 entreprises accompagnées sur la mobilité en 2016

À cet effet, Provence Promotion a édité une série de guides bilingues détaillant les 16 bassins de vie des Bouches-du-Rhône selon le mode de vie souhaité : « vous aimez les villes à taille humaine », « vous rêvez d’un village provençal », « vous avez des enfants étudiants » Pour chaque bassin de vie est détaillé un ensemble de paramètres clefs … Parallèlement, une série de clips vidéo, diffusés sur tous les réseaux sociaux et basés sur le style de famille (situation familiale, âge, composition de la famille) donne la parole à des néo provençaux qui « racontent leur nouvelle vie ».

Provence Promotion, qui a accompagné 16 entreprises sur la mobilité en 2016, dont la japonaise Tajima, les britanniques McArthurGlen et Xrapid, l’américaine Panaxium, a engagé 130 000 € dans cette opération.

« Nous voulions l’éclairage au plus près de la réalité marseillaise »

« Nous voulions que la greffe locale se passe le mieux possible », pose Stéphane Dehlinger, DRH du groupe Pernod Ricard, qui a décidé de transférer ses fonctions supports de Créteil à Sainte-Marthe (Marseille), soit 70 ouvertures de postes. Entre l’annonce en mai 2014 et la prise de fonction en septembre 2015, « nous avons effectué plusieurs voyages de reconnaissance. Nous voulions l’éclairage au plus près de la réalité marseillaise pour aider nos collaborateurs à se projeter. C’était d’autant plus important qu’il s’agissait à 75 % de non-cadres. Dans ce cas, les compétences disponibles ne sont pas extensibles si cela ne marche pas », poursuit le dirigeant, qui indique que sur 29 mobilités, seules deux n’ont pas été converties pour des raisons culturelles.  

Aix-Marseille, pas encore à sa place sur les radars internationaux

Selon le baromètre 2016 de l’attractivité établi par Ernst & Young en France, si Lyon, Toulouse, Marseille, Nantes, Lille et Bordeaux sont reconnues pour leur compétitivité logistique, numérique ou académique, la perception des investisseurs internationaux des métropoles françaises confirme Lyon comme challenger de Paris, loin devant Toulouse, en seconde position tandis que Marseille se place en 3e lieu.
 Classées en fonction de leur dynamique future selon les décideurs internationaux, Aix-Marseille recueille 15 % de citations, derrière Toulouse (21 %) et Lyon (47 %). Selon Provence Promotion, l’agence aurait enregistré, en 2015, 60 projets d’investissements aboutis dont 66 % par des entreprises étrangères.

Aix-Marseille, pas encore non plus sur les écrans des salariés 

Interrogés par OpinionWay sur les métropoles dans lesquelles les salariés envisageraient de vivre et de travailler, la métropole ne recueillait que 12 % des votes, à la 8e position derrière Bordeaux, Nantes, Lyon, Montpellier, Nice et Toulouse.

Pourtant, sondés sur les critères de la métropole idéale au sein de laquelle ils aimeraient travailler, ils souhaitaient qu'elle soit proche de la mer, à taille humaine, connectée à d'autres grandes villes européennes, proche de la montagne et frontalière. Vraiment, pas Aix-Marseille-Provence ?

A.D

* Thèmes : découvrir les territoires, leurs acteurs, leurs projets et leurs dispositifs ; réfléchir à un projet immobilier en régions, implanter et développer son business en régions, créer ou reprendre une entreprise en régions etc.

 

Transfert de compétences

La Métropole Aix-Marseille-Provence remplacera le Département au sein de l'agence de promotion économique Provence Promotion. Ce transfert est consécutif à la réforme territoriale qui a retiré aux départements la compétence économique, ce qui avait questionné dans la mesure où Provence Promotion est financée jusqu’à présent par le département des Bouches-du-Rhône et la CCI Marseille Provence. Le budget (3 M€) devrait être préservé. « Le succès de Provence Promotion est lié à ce partenariat entre le public et le privé. Le but ultime de cette structure est d’être le bras armé de l’attractivité métropolitaine et un outil au service des « clients », et j’emploie à dessein ce terme, qui veulent s’implanter sur notre territoire. Sans cette parité privé/public, on est à la merci des dotations budgétaires. Et donc, en fonction, on peut être conquérant une année et pas une autre. Cela n’a pas de sens », a commenté Jacques Pfister, président de la CCI Marseille Provence et vice-président de l'agence de développement économique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités