Menu principal

02.04.2020 - Aides aux entreprises

Les aides régionales pour faire face au Covid-19

1,4 milliard d'euros sont mobilisés ou sanctuarisés en Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, fléchés notamment en direction des entreprises.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’État et la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur multiplient les mesures pour tenter d'atténuer l'impact sur l'économie des mesures de confinement et de fermeture. 1,4 milliard d'euros sont mobilisés ou sanctuarisés en Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, fléchés notamment en direction des entreprises.

L’aide de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur se décompose en un « plan d’urgence et de solidarité » de 227,5 M€ pour traiter la crise et un « plan de relance et d’investissement » de 1,2 milliard d'euros pour accompagner le redémarrage de l’activité une fois le confinement terminé. Pour ce dernier, il s'agit principalement de budgets sanctuarisés.
 

70 M€ pour les entreprises


Dans le Plan d’urgence et de solidarité, 70 M€ intéressent directement les entreprises.

- La Région abonde à hauteur de 18 M€ le fonds de solidarité lancé par l’Etat (1 500 € par mois pour les entreprises ayant vu disparaître subitement plus de 50% de leur chiffre d'affaires).

- Les 52 millions restants prennent la forme d’aides directes de la Région pour soutenir les entreprises de toute nature :

Un effort particulier est consenti pour les TPE et PME « en première ligne et sévèrement impactées alors qu’elles représentent plus de 95% de notre tissu économique régional », explique Renaud Muselier, Président de la Région, par la mobilisation d’une enveloppe de 38 millions d’euros au total destinée à financer :

- Des prêts aux entreprises de moins de 10 salariés, à taux 0 et avec un différé d’amortissement de 18 mois ;

- Des prêts rebond sans garantie à taux 0 pour les entreprises de moins de 250 salariés (avec la BPI),

- Des garanties de prêts bancaires de 1000€ à 1,8M€ à hauteur de 80%, pour toutes les TPE & PME ;

- En complément ; 5 millions viendront également réabonder le fonds Région Sud Défensif/Attractivité (TPE & PME).


Par ailleurs, un fonds spécial de 2 millions d’euros est destiné à 1700 entreprises en situation d’urgence.

Enfin, 5 millions sont fléchés vers les exploitations agricoles justifiant d’une perte d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires.

Les deux millions restants permettront de financer la non application par la Région des pénalités de retard dans les marchés publics ainsi que le report des échéances de remboursement  des  prêts  et  des avances remboursables.

A ces aides aux entreprises, s’ajoutent diverses mesures en faveur de la culture (35 millions), des transports (21 millions) ou du sport (maintien de 5 millions d’euros de subventions, malgré les annulations de manifestations sportives).
 

1,2 Md€ pour la relance


Le plan de relance et d’investissement, quant à lui, s’inscrit dans « l’après » crise sanitaire, dans le but de favoriser le redémarrage de l’activité, pour un montant de 1,2 milliards d’Euros. Une partie importante de cette somme était déjà budgétée avant la crise sanitaire.

« Après l’urgence, il nous faudra rebâtir, et rebâtir vite. Accompagner la relance de notre économie et pour cela soutenir nos entreprises et leurs investissements », a insisté Renaud Muselier. Sur les 1,2 milliard d'investissements, un milliard irriguera les services publics – transport, éducation…-, le système de santé et aussi la transition énergétique.

Deux filières économiques particulièrement touchées bénéficient de fonds spécifiques pour remettre de l’huile dans les rouages : l’industrie, avec un plan de relocalisation industrielle de 17 millions et l’industrie touristique avec 2,6 millions dans le cadre d’un travail en coordination avec « Atout France, le Comité Régional de tourisme et les partenaires associés, en lien étroit avec les professionnels ».
 

Une task force


La Région accompagne également la mobilisation de l’État en participant à une « task force régionale Economie-Entreprises ».

Pour soulager ses fournisseurs, la Région promet qu'elle paiera ses factures sous 21 jours. Elle simplifie également les règlements pour le paiement des aides FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural).