Menu principal

05.12.2017 - Afrique

AfricaLink : Les entrepreneurs à la gouvernance

Initié par la CCI Marseille Provence et la Aix Marseille Provence Métropole, le réseau Africalink a officiellement été lancé lundi 4 décembre 2017. Une première : les institutions s'effacent pour laisser la place aux entrepreneurs provençaux et africains élus au bureau.

Mots clés : 
Imprimer cette page

 

Le symbole est fort. Frédéric Ronal, debout au fond de la salle des séances du Palais de la Bourse, apprécie l'instant. Il assiste, observateur, à l'élection par la quinzaine d'aministrateurs du président de l'association Yves Delafon. Quelques minutes avant, le vice-président de la CCIMP délégué à l'Ouverture au monde mettait la dernière touche aux statuts de l'association en relevant les remarques des membres. Le voici désormais, volontairement, en retrait.

L'initiateur d'AfricaLink avec Denis Bergé, conseiller expert coopération internationale à la CCIMP, le voulait ainsi : « La CCI a pensé, soutenu et construit. Elle laisse désormais la gouvernance aux chefs d'entreprises ».

Le réseau Africalink -, une communauté d'entrepreneurs du territoire Marseille-Provence et d'Afrique qui prône la réciprocité économique et une autre façon de faire du business dans un esprit gagnant-gagnant - vient donc d'être porté sur les fonts baptismaux, ce 5 décembre, par la CCI et la Métropole Aix Marseille Provence. Mais les clefs ont donc été données aux patrons français et africains qui le constitue. « Ceci est très disruptif pour un établissement comme le nôtre. Nous prenons le pari que nos entrepreneurs seront capables de poursuivre notre action et de prendre leur destin en main. Nous allons maintenant nous mettre à la disposition du président et de son bureau », explique Frédéric Ronal.

 

Une communauté de 63 membres-fondateurs

Cette communauté d'entrepreneurs, déjà forte de 63 membres-fondateurs (80 % Provençaux et 20 % du continent africain), veut concrètement renforcer les liens entre Marseille et l'Afrique avec comme priorité dans un premier temps, les trois pays du Maghreb, le Sénégal et la Côte d'Ivoire.

« Je travaille depuis 40 ans avec l'Afrique. Nous avons un passé partagé et notre avenir est commun. Aix-Marseille doit redevenir la porte historique entre les deux continents. Il ne faut pas y aller pour l'Afrique mais avec l'Afrique », commente Yves Delafon. Le nouveau président d'Africalink (président de DFA et co-fondateur du groupe BCI - Banque pour le Commerce et l'Industrie) veut « contribuer à l'évolution du logiciel des relations entre la France et l'Afrique. »

Créer des entreprises communes, échanger des savoir-faire, développer des partenariats entre PME, Africalink entend favoriser les rencontres entre patrons. « Nous ne réussirons qu'avec des valeurs. Ce soir, il ne s'agit pas d'une naissance mais d'une étape. La CCI Marseille Provence prend un risque étonnant en constituant ce réseau et en transférant sa gouvernance aux entreprises. Je suis très conscient de l'enjeu qui s'avère très ambitieux », note le nouveau président, par ailleurs à la tête du GEPA (groupement des entrepreneurs d'Aix-en-Provence).

 

Push

Pour Robert Petitjean, PDG de l'entreprise marseillaise Somexport (import/export de denrées alimentaires) et membre du nouveau bureau, « Africalink est un "push". Nous allons aller beaucoup plus vite car nous sommes plus nombreux et plus efficaces entre chefs d'entreprises. Sur un coin de table, nous pouvons échanger et faire du business ».

Le réseau bénéficiera aussi d'un think tank animé par Christian Apothéloz, président de l'Acim (Agence de l'entrepreneuriat en Méditerranée) et ancien délégué général de Finances et Conseil Méditerranée (FCM) aujourd'hui disparu. « Je souhaite développer de l'intelligence collective pour dynamiser ce réseau. Les entrepreneurs d'AfricaLink sont sur le terrain en Afrique, il n'est pas question de réfléchir depuis Paris ou Marseille sur les différentes problématiques ».

 

--- Frédéric Dubessy ---

 

Plus d'infos sur le réseau ici

 

Lire sur le même sujet

AfricaLink : Prendre l'Afrique par la corne mais pas n'importe comment

Une Afrique taillée pour les startups du numérique ?

[Enquête Afrique-Méditerranée 1/3] Une nouvelle géopolitique favorable à Marseille ?

[Enquête Afrique-Méditerranée 2/3] Afrique : Pourquoi les PME ne doivent plus hésiter

[Enquête Afrique-Méditerranée 3/3] L'effervescence numérique, une aubaine

 

Le bureau d'Africalink

 

Yves Delafon (Banque pour le commerce et l'industrie) - Président

Hicham El Merini (SM2E) – Vice-président

Panayotis Liolios (Exco Omniconseils) - Trésorier

Alain Meyssonier (Groupe Eaux de Marseille) - Relations CCEF

Thierry Modica (Atem) – Vice-président

Olivier Paulhiac (Expersys) - Réseaux sociaux

Sandrine Peney-Redman – Vice-présidente (avec Christian Apothéloz et Samah Ben Dhia)

Robert Petitjean (Somexport) - Suivi comités nationaux/Locaux

Frédéric Poitou (Signatures) - Lobbying Bruxelles

Stéphanie Venier-Dargent (Laboratoires Cadentia) - Animation communauté

Christian Apotheloz (ACIM) - Coordination think tank

Catherine Cherubini (Isolvar) - Secrétaire (avec Samah Ben Dhia)

 

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités