Menu principal

16.01.2019 - AEROPORT MARSEILLE PROVENCE

L’Aéroport Marseille Provence fait rayonner le territoire

Avec 9,4 millions de passagers en 2018, l’Aéroport a battu un nouveau record de trafic. L’ouverture de nouvelles destinations en 2019 et plusieurs investissements pour améliorer les infrastructures et les services rejaillissent sur le tissu économique régional.

Mots clés : 
Imprimer cette page

Photo : Camille Moirenc

" L’Aéroport Marseille Provence est créateur de valeur pour le territoire. En 2019, nous approuverons notre nouveau plan stratégique. Tous nos partenaires (Etat, CCIMP, Collectivités) sont mobilisés pour accroître son attractivité et sa compétitivité. Avec la croissance du trafic et les projets programmés, nous disposons des meilleurs atouts pour poursuivre la dynamique " a indiqué le président du conseil de surveillance, Jean-Paul Ourliac, en ouverture de la présentation du bilan et des perspectives de la plate-forme le 15 janvier. Les raisons de se réjouir sont multiples. Pour la première fois dans son histoire, l’aéroport a atteint les 9,39 millions de passagers, en progression de 4,3% par rapport à l’an dernier. « La part de l’international, en hausse de 6%, représente maintenant 61%, celle du trafic domestique 39%. La proportion s’est exactement inversée en quinze ans, souligne le directeur marketing, Julien Boulay. Aujourd’hui, plus de 60% du trafic se fait sur de l’export, mais cette part va aussi évoluer avec l’ouverture des nouvelles lignes en 2019. Nous attendons ainsi 30 millions d’euros de retombées économiques du lancement des vols sur Moscou avec Aeroflot et Aigle Azur et c’est une estimation basse. Les Russes sont déjà la 7ème clientèle touristique étrangère sur la région. Les vols de SAS sur Copenhague et Stockholm devraient également importer plus de Scandinaves en Provence ».

Compagnies à succès

Au total, 21 lignes vont ouvrir cette année, d’autres se renforcer, comme le Marseille-Londres qui rendra envisageable un aller-retour sur la journée, le Marseille-Zurich ou encore RyanAir qui en implantant à nouveau une base à Marignane va ajouter 11 nouvelles destinations aux 29 qu’il proposait déjà, notamment en élargissant les choix vers l’Europe de l’Est (Budapest, Bucarest, Varsovie, Prague…) et le Maroc. La base Volotea a débouché sur d’excellents résultats avec plus de 251 000 passagers transportés vers 21 destinations, soit 78,3% de croissance, pour un taux de remplissage de 94%. Sur le fret, l’exercice 2018 s’est également inscrit en léger positif (+ 1%) avec un trafic total de 56 695 tonnes, malgré les perturbations sociales enregistrées en début et fin d’année. Des progressions importantes ont été réalisées sur le fret traditionnel par des compagnies comme Air Austral (557 tonnes, + 172%) ou Pegasus (29 tonnes, + 61,5%). Au final, le chiffre d’affaires 2018 s’est établi à 148 millions d’euros (+ 5,7%).

Chantiers multiples

Cette solidité financière permet à l’Aéroport d’accroître ses investissements pour améliorer ses infrastructures (terminaux, parkings, accès…) et services. "Nous sommes en complet autofinancement, rappelle le président du directoire, Philippe Bernand, qui vise en 2019 le cap des 10 millions de passagers. Nous avons investi 42 millions d’euros en 2018, nous serons à 46 millions d’euros cette année. Les travaux préparatoires pour notre grand projet de Cœur d’aéroport se poursuivent dans la perspective d’une pose de 1ère pierre espérée pour le printemps 2020 et d’une livraison en 2023. Nous allons aussi aménager deux nouveaux parkings à étages car la voiture reste le principal moyen d’accès au site, même si 1,57 million de personnes ont, l’an dernier, opté pour les transports en commun ". Un projet d’immeuble de bureaux est dans les tuyaux pour réunir sur un seul lieu les 340 collaborateurs de la société aéroportuaire. Sa livraison est prévue pour septembre 2020.