Menu principal

11.07.2017 - Tour de France 2017

Ce qu’il faut savoir sur la 20e étape du Tour de France

L’avant-dernière étape de la 3e compétition sportive la plus célèbre au monde est particulière à plus d’un titre. Pas seulement parce qu’elle se déroule à Marseille. Tracé, enjeux, retombées attendues, aspects pratiques, programme des festivités.

Mots clés : 
Imprimer cette page

 

De la bienveillance et beaucoup de sympathie, requiert Richard Miron. L’élu à la Ville de Marseille en charge des Sports, dont la direction est particulièrement aux affaires en cette année de Capitale européenne du Sport 2017, concluait ainsi la 3e réunion d’information sur ce sujet ce 10 juillet dans le cadre des rendez-vous d’Esprit client* de la CCIMP auprès des commerçants, hôteliers et restaurateurs. À l’ordre du jour, et en présence des représentants de la sécurité publique, de la police municipale, du stade vélodrome…, la présentation des dispositifs mis en œuvre pour ce « contre-la-montre » 100 % urbain jamais réalisé, avant-dernière étape du Tour de France qui se jouera « exceptionnellement » à Marseille le 22 juillet prochain.

« Nous avons conscience que les modalités de circulation, stationnement, livraison, sécurité… aura plus de contraintes pour certaines catégories de populations que pour d’autres. Mais cela doit rester un jour de fête. Et il faut se dire que c’est une formidable opportunité médiatique et opération de notoriété pour Marseille », signifiait-il pour désamorcer la mauvaise humeur qui exhalait de certaines questions.

À la source, de l’incompréhension, un malentendu et sans doute un peu de la tension qui monte à l’approche de l’événement. Certains professionnels venaient chercher des solutions à leurs problématiques, d’autres des réponses à leurs questions, là où les différents corps chargés de l’organisation générale, de la sécurité, des festivités … estiment qu’il appartient aux professionnels d’anticiper et de s’organiser en fonction de ces contraintes. 

Et si les problématiques des hôtels et restaurants, qui se trouvent sur le parcours des 22 km complétement fermé à la circulation et vidé de toute « trace » automobile, sont bien réelles (notamment pour les hôteliers qui reçoivent forcément des clients venus d’ailleurs, souvent véhiculés), il faut reconnaître qu’il est difficile d’y apporter des réponses particulières (exemple : Passedat reçoit ce week-end là un couple de Japonais qui se marie et qui va donc être confiné à l’hôtel sans la garantie d’y accéder hormis par la mer selon certaines conditions et moyennant des moyens à mettre en œuvre par les professionnels).

 

Des enjeux au-delà de la simple organisation de l’événement

Au-delà, les enjeux sont importants pour les décideurs publics de la ville qui, depuis le titre de Capitale européenne de la Culture 2013, ont pris goût aux grands événements sportifs et culturels, ayant réalisé à quel point ils pouvaient être efficaces pour accrocher les regards du monde.

L’événement est quelque part un test grandeur nature de sa capacité d'organisation. Opportun dans la perspective des JO 2024 puisque Marseille accueillerait les épreuves nautiques si Paris était désignée. D’ailleurs, indique Lionel Launay, de la direction de la Mer à la ville de Marseille, « le parcours reliera les principaux sites olympiques qui seraient mobilisés si on emportait la décision. Paris en fera de même. Cela aura une résonnance médiatique et visuelle forte à un moment décisif de la candidature (la décision sera connue en septembre, Ndlr) ».

Le défi est aussi dans l’image qui sera véhiculée de cette toute jeune Métropole, qui veut jouer dans la catégorie des grandes villes européennes. Elle aura ce jour-là l’occasion de valoriser ses atours auprès des 3,5 milliards de téléspectateurs estimés grâce à une retransmission dans 180 pays. Autant dire une fenêtre de notoriété internationale…

Le pari est enfin économique. « Il est attendu des retombées économiques à court terme de plusieurs dizaines de millions d’euros, assure Richard Miron, qui fait du tour de France un des points d’orgue des 420 événements labellisés dans le cadre de Marseille, capitale européenne du Sport.

 

Festive mais sécuritaire

 

Après avoir accueilli le premier Tour de France en 1903, Marseille a déjà reçu 36 fois le 3e événement sportif le plus suivi de la planète, après les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football. Mais cette fois, « c’est une première. Aucune course-contre-la-montre n’a jamais eu lieu dans une ville et encore moins, au départ et à l’arrivée dans un stade », explique pour sa part Laurent Courbon directeur général de Carma Sport (pour le stade Orange Vélodrome), qui conseille l’enceinte aux familles.

L’étape sera jalonnée par différentes animations organisées le long du parcours, donc le Massila Musica Tour, organisée par l’association Arts et Musique qui a mobilisé une centaine d’artistes.

L’enjeu est de fait sécuritaire dans un contexte en outre particulier lié au terrorisme alors que 340 000 personnes sont attendues dans les rues de Marseille et 50 000 à 60 000 dans l’enceinte du seul Orange Vélodrome, qui fête ses 80 ans, et sera ouvert de 10h30 à 18h30. Donc environ 400 000 visiteurs sur la journée.

 

15 000 barrières, 300 blocs de béton

La réussite de cette étape est déterminante, insiste François Noël, chef de projet MP 2017, avant d’énoncer les contraintes. Les riverains devront prendre leurs dispositions à l’avance, car les secteurs du parcours seront interdits de stationnement dès le jeudi 20 juillet, soit 48 heures à l’avance. La circulation sera interdite, dès le vendredi 21 juillet à minuit, sur l’ensemble du parcours.

Près de 15 000 barrières et 300 blocs de béton seront érigés le long du tracé qui sera balisé par 2 400 panneaux d’information. « Cela vous donne une idée de l’ampleur de l’événement ».

 

Espaces libérés progressivement

« On a pris soin d’inventorier le parcours de façon à ce qu’il soit totalement couvert par de la vidéosurveillance, ajoute Marc Labouz, directeur de la police municipale, 70 % seront couverts par la vidéo et le reste, par des ballons aériens à 150 m de haut. Cette opération sera pilotée par la préfecture de police ».

« Plus de 2 000 policiers municipaux seront mobilisés pour assurer des enlèvements, la circulation, la sécurisation des ponts de cisaillement, et l’assistance aux agents de sécurité ». Pour les secours, entre 700 et 900 marins-pompiers pourraient être potentiellement mobilisés.

Les premiers coureurs s’élanceront à partir de 13h30, les meilleurs d’entre eux devraient achever leur parcours vers 17h30 (17h32 exactement ! sic).

Il faudra alors laisser aux organisateurs le temps de décadenasser pour rendre progressivement aux usagers les espaces publics et ouvrir les voies à la circulation. Il faudra toutefois encore patienter car la levée de camp ne sera pas complétement effective avec 22h ou 23h.

« Ces impacts sur la vie de chacun sont à la hauteur de l’ampleur de événement », conviennent-ils tous. Personne n’en contreviendra.

 

Adeline Descamps

* Le dispositif Esprit Client vise à accompagner les professionnels du tourisme, commerçants, restaurants, hôteliers à travailler leur attractivité. Le dispositif comprend un ensemble de prestations et de services gratuits (plus d’infos ici). 

 

Tout sur l'événement ici

Tout sur Marseille, capitale européenne du Sport 2017 ici

 

 

 

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités