Menu principal

12.05.2017 - Port de Marseille

Vers un début de reconnaissance d’un smart port ?

L’organisation internationale représentant l’industrie portuaire a distingué, au cours de son grand rendez-vous annuel, le port de Marseille et la spécialiste marseillaise « infologistique » MGI pour sa digitalisation. Une première « pierre » dans le jardin d’un label smart port ?

 

Marseille Gyptis International et le Port de Marseille Fos ont été récompensés pour le projet « Smart Port 2.0 » et ses systèmes d’information Neptune Port et Ci5 à l’occasion de la 30e conférence internationale de l’IAPH, a indiqué, dans un communiqué, le GPMM. L’événement, qui se déroule en Indonésie depuis le 7 mai jusqu’à ce jour, est organisé par l’International Association of Ports and Harbor.

L’organisation internationale représentant l’industrie portuaire, qui fédère 180 ports et 140 sociétés de l’industrie portuaire dans 90 pays, réunit chaque année un millier de participants parmi lesquels des représentants des ports mondiaux et des opérateurs logistiques autour d’un événement conçu comme un temps de partage d’expériences.

 

A droite, Dominique LEBRETON, MGI (avec le cordon) et Frédéric Dagnet, représentant le GPMM à Bali lors de l'IAPH

Distinguée pour ses solutions innovantes dans le cadre de la digitalisation des ports

La remise de prix est un des temps rythmant ce grand rendez-vous du secteur portuaire, où il est question, au cours de 5 jours de sessions, de connectivité, d’hinterland, de routes maritimes, de croissance du shipping….Selon les lauréats « marseillais », distingués dans la catégorie IT (Information Technology, les solutions les plus innovantes dans le cadre de la digitalisation des ports), ils étaient en compétition avec 11 autres opérateurs internationaux. 

Pour rappel, le port de Marseille-Fos a expérimenté, en pionnier dès 2005, les technologies de la spécialiste marseillaise « infologistique » Marseille Gyptis International, qui a sorti courant 2016 une nouvelle version de son système d’information portuaire centralisé de « Cargo Community System » AP+, rebaptisé à cette occasion CI5 pour Cargo Intelligence 5, par lequel tous les opérateurs de la chaîne logistique peuvent suivre en temps réel la marchandise (objectif : une traçabilité de la marchandise toujours plus en amont et en aval de la supply chain. La finalité restant l’accélération des flux et une performance portuaire accrue).

« Dans le domaine logistique, la business intelligence exploite l'information pour mieux piloter les flux de marchandises, accélérer et sécuriser les processus, et anticiper les événements à venir : voilà les réels enjeux d'un port intelligent. Ci5 représente un atout essentiel pour la compétitivité d’un port répondant à leurs besoins de fluidité, visibilité, fiabilité et sécurité pour une supply chain plus performante. Il est également une brique essentielle au label Smart Port », défend Dominique Lebreton, directeur projets chez MGI.

 

Guichet unique portuaire

Neptune Port est, quant à lui, l’outil de synchronisation général à l’ensemble des métiers portuaires (700 acteurs et 15 métiers au sein de Marseille-Fos) et activités (croisière, ferry, roro, conteneur, vrac …). Concrètement, il permet de réaliser leurs opérations logistiques de manière intégrée, de connaître en temps réel le positionnement des navires et de communiquer avec les différents systèmes d’informations et interfaces de chacun des professionnels (dont le Ci5).

La solution Neptune Port permet par ailleurs aux déclarants des ports de l'Union européenne de réaliser leurs formalités administratives sous forme dématérialisée grâce à une fonctionnalité : le GUP (Guichet Unique Portuaire). Tous les ports de France travaillent actuellement sur ce programme européen de guichet unique portuaire qui permettra de consolider au niveau national et européen les données techniques sur le navire mais aussi sur les marchandises.

Pour Christine Cabau-Woerhel, directrice générale du GPMM, « Neptume Port est un véritable avantage concurrentiel pour nos clients et utilisateurs » en cela qu’il permet d’agir sur la fiabilité de l’information, la fluidité du passage portuaire et la productivité́, trois critères clefs de l’efficacité d’un port, ce à quoi l'ancienne cadre dirigeante de la CMA CGM est particulièrement sensible

 

A.D

©Port de Marseille

Pour aller plus loin :

Marseille-Fos, déjà un Smart port city ? Lire à ce sujet : La roadmap numérique du port de Marseille

 

 

 

 

 

 

 

 

Actualité(s) liée(s)

Voir toutes les actualités